Home Société Humour rouennais

Humour rouennais

"Je suis archi-radicalisé." Archi-drôle !

Humour rouennais
Image d'illustration Pixabay

Plaisanterie ou apologie du terrorisme?


Rouen est une ville charmante. On y croise la majestueuse place Jeanne d’Arc, là même où notre sainte épique fut mise au bûcher, une rue du gros horloge (Les Rouennais disent « rue du gros ») avec une horloge imposante à en faire frémir Big Ben et d’aimables punks à chiens. Désormais, on y croise des blagueurs à l’humour capable de vous donner un moral d’acier en ces temps moroses. 

Le 31 octobre, Kamel[tooltips content=”Le prénom a été modifié”](1)[/tooltips] s’est présenté chez ses voisins, un couple d’enseignants. Après qu’il leur a tenu la grappe pendant vingt minutes au sujet de Samuel Paty, des caricatures et du prophète Mahomet, il leur a laissé un DVD accompagné d’une lettre. Dans cette dernière, les deux hussards de la République ont pu découvrir sa prose leur enjoignant de « s’inscrire à la sainte mosquée de la Grand mare », faute de quoi le couple subirait « une lente et douce décapitation » ; « comme ça tu auras la Légion d’honneur et un discours à la Sorbonne par ton cher président ». Avant de conclure : « Je suis archi-radicalisé » en signant de son nom.

Placé en garde à vue pour apologie du terrorisme, Kamel a reconnu être l’auteur de la lettre mais a assuré qu’il s’agissait « d’une plaisanterie ». Placé en comparution immédiate, il a persisté : « je suis athée, c’était de l’humour ; je ne pensais pas qu’ils auraient peur ». Sacré Kamel ! Une expertise psychiatrique a conclu à un trouble de la personnalité de notre plaisantin, qui a été condamné à six mois de prison avec sursis et à une amende de… cent euros.

Une blague malsaine d’ado baigné dans les réseaux sociaux ? Kamel a 73 ans.

Source: Frédéric Bernard / actu.fr


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article “Si le confinement était un essai médicamenteux, on l’arrêterait tout de suite à cause des effets secondaires terribles”
Next article Ma vie de Bond
est professeur.

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération