Quantcast
Home Culture Haïkus funèbres


Haïkus funèbres

Bonus au voyage autour de la bibliothèque de Roland Jaccard

Haïkus funèbres
Roland Jaccard. Photo : Hannah Assouline.

Après sa série d’été, un bonus signé Roland Jaccard


Seul
À la gare de Lausanne
Une larme

Cette chaleur
Qui m’étouffe
N’est plus celle de notre amour

Chambre 612
Plus jamais
On n’entendra ses cris

À qui lirai-je
Albertine disparue
Maintenant

Tant de noms oubliés
Dans ce carnet
Le sien y figure encore

Ses seins
Comme j’aimais
Les caresser

Caroline ne viendra jamais
À Lausanne
Trop de fautes d’orthographe

Louise non plus
N’est pas Brooks
Qui veut

Seul comme Kafka
Même pas
Juste un vieux parmi d’autres vieux

La nuit Ludwig Hohl
Me raconte des histoires
De hérissons qui se métamorphosent en éléphants

Voilà qui aurait plu à Marie
Mais elle n’est plus là
Moi non plus d’ailleurs


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article L’abandon de la “culture générale” au concours de l’ENA néfaste
Next article Rentrée littéraire: viva l’Italia!

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération