Quel dommage, l’une des pires sculptures de rond-point, celle de Châtellerault dans la Vienne, a été détruite par les gilets jaunes. 


La révolution des gilets jaunes a réussi à mettre en lumière l’une des plus grandes calamités esthétiques hexagonales, qui frappe indifféremment les carrefours giratoires de la France périurbaine et des zones rurales, des espaces pavillonnaires et des zones d’activités commerciales : l’art des ronds-points !

Les gilets jaunes n’ont pas de pétrole, mais ils ont du goût

La vocation de ces œuvres n’est aucunement artistique : elles ont pour fonction, avant toute chose, de distinguer un territoire, en mettant en valeur ce qui le rend le plus fier. On trouvera ainsi à Saint-Amand-les-Eaux une bouteille d’eau minérale géante en béton, on se délectera de la composition « Donut et Saucisse » à Montpellier, on dégustera un improbable « Kiwi de l’Adour », à Peyrehorade, dans les Landes…

A lire aussi: Etat, gilets jaunes: peut-on vraiment parler de « violence » ?

Mais parfois le propos symbolique est plus obscur. Les ronds-points deviennent alors des

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Février 2019 - Causeur #65

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite