Quantcast
Home Culture Dans la grâce de Dieu


Dans la grâce de Dieu

"Sous le soleil de Satan", un film de Maurice Pialat

Dans la grâce de Dieu
Sous le soleil de Satan, un film de Maurice Pialat © NANA PRODUCTIONS/SIPA Numéro de reportage: 00383920_000001

« La Sainteté ! » s’écrie Menou-Segrais, « en prononçant ce mot devant vous, pour vous seul, je sais le mal que je vous fais ! Vous n’ignorez pas ce qu’elle est : une vocation, un appel. Là où Dieu vous attend, il vous faudra monter, monter ou vous perdre» Georges Bernanos


Pialat contre la mort de Dieu

Sous le soleil de Satan est le film le plus controversé de son auteur, hué, lorsqu’il reçut a Palme d’or au Festival du film de Cannes en 1987, par la foule incrédule et inculte. Maurice Pialat, hanté par le chef d’œuvre de Georges Bernanos tourne une adaptation personnelle et libre. Il a cette intuition qu’un roman dont l’histoire est située à la fin du dix-neuvième siècle fortement marqué par les idées sur «mort de Dieu» peut devenir un film essentiel dans un vingtième siècle qui est celui de la montée en puissance de Satan. 

Il simplifie le roman en supprimant certains chapitres et personnages tout en gardant la succession des évènements dramatiques: le meurtre de Cadignan, le rejet de Mouchette par le député Gallet, la rencontre de l’abbé Donissan avec le diable, puis avec Mouchette, le suicide de Mouchette, le miracle de l’enfant ressuscité et la mort de Donissan.

Dans notre monde déchristianisé, le cinéaste nous livre une version d’une grande force métaphysique de l’œuvre de Bernanos. Pialat a précisément eu l’ambition de fournir aux spectateurs une clé possible – celle d’un agnostique – à la lecture de Sous le soleil de Satan. Il prend le roman à bras le corps et le transpose en une succession de blocs erratiques, fulgurants, incandescents, telluriques. Par la science de sa mise en scène somptueuse, les cadres précis et tranchants de Jacques Loiseleux, la beauté picturale des lumières sombres et nocturnes du chef opérateur Willy Kurant, le montage abrupt de Yann Dedet et servi par des acteurs exceptionnels, il compose à la manière d’un peintre un sublime portait de l’abbé Donissan: Gérard Depardieu, inoubliable, humble, incarne ce jeune prêtre, face aux puissances des ténèbres. On oublie trop souvent, d’ailleurs, que Pialat fut également un peintre qui exposa à la Libération.

Avec pour directeur de conscience l’abbé Menou-Segrais (Maurice Pialat, impeccable), le jeune abbé  semble désorienté, en proie aux doutes et aux excès (flagellations, oraisons emportés…). Mais, très vite le Doyen de Campagne-en-Artois comprend que son jeune protégé possède une flamme intérieure intense et que c’est un homme et un prêtre de grande valeur dont la vie physique et spirituelle est en prise avec le combat du Bien contre le Mal, à l’affrontement de Dieu contre Satan.

Satan en maquignon maléfique

Le premier lieu de ce combat est la paroisse où Donissan, lorsqu’il se rend à Étaples pour aider un autre curé, se perd de nuit dans une nature sauvage, sous un ciel plombé, les pieds s’enfonçant dans une terre lourde qui colle aux souliers, et affronte Satan caché sous la figure du maquignon (Jean-Christophe Bouvet maléfique à souhait). Après un âpre combat, il le rejette – retire toi Satan. Puis, ayant reçu de Dieu – même si le doute le taraude – la grâce de voir aux tréfonds des âmes,  il tente d’arracher Mouchette (Sandrine Bonnaire, possédée, émouvante) à Satan afin de la rendre à Dieu.

Chemin de croix

Des années plus tard, c’est dans la paroisse de Lumbres où il a été nommé curé, que le chemin de croix, le parcours de sainteté de Donissan se termine. Son deuxième combat contre le Malin est resserré sur une seule journée, la dernière de la vie du prêtre. Dans le désespoir, le seul guide du jeune abbé est sa lumière intérieure. Cerné des ténèbres, dans un monde de désolations, il va faire preuve de courage malgré ses doutes, et use de ressources profondes et d’une Foi ardente face au drame de la mort d’un enfant afin de le rendre, dans une scène inouïe de beauté, à la vie intense auprès de notre Seigneur. Maurice Pialat comme Georges Bernanos nous rappelle que Dieu est en nous.

Dans la grâce de Dieu, l’abbé Donissan, le Saint de Lumbres, est un homme qui vit l’imitation du Christ et dont l’immense charité, celle de l’amour sans condition pour l’être  aimé et unique, le Christ, le conduit à donner sa vie pour lui et le salut des âmes.

Sous le soleil de Satan,  Maurice Pialat – France – 1987 – 1h43
Palme d’Or Festival du film Cannes 1987

Interprétation: Gérard Depardieu (Donissan), Sandrine Bonnaire (Germaine Malhorty, dite Mouchette), Maurice Pialat (Menou-Segrais), Alain Artur (Cadignan), Yann Dedet (Gallet), Jean-Christophe Bouvet (Le maquignon/Satan)…

Sous le soleil de Satan

Price: 2,90 €

17 used & new available from


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article Joe Biden, l’homme qui pensait à la place des Noirs
Next article “Monde d’après”: demain, tous fanatiques d’OnlyFans?
est directeur de cinéma.

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération