Instinct de conservation chez les pinsons, relations hommes-femmes et homosexualité « primordiale », Peggy Sastre nous dit tout. Il manquait une rubrique scientifique à Causeur. A vous les labos!


L’absence de danger n’évite pas la peur

Le 24 novembre, L’Origine des Espèces de Charles Darwin fêtait ses 160 ans. Que le naturaliste ait conçu la théorie de l’évolution en observant notamment les pinsons des îles Galápagos est aujourd’hui connu. Ce qui l’est peut-être moins, c’est ce qui lui a facilité la tâche : les piafs n’ayant jamais vu d’humain, ils n’avaient pas peur du bonhomme et se laissaient choper comme de rien. Ensuite, les choses se sont gâtées. Avec la colonisation de l’archipel, c’est toute une tripotée de prédateurs invasifs – surtout des chats et des rats – qui se sont mis à se jeter sur les oiseaux, qui plus est avec des motivations bien peu scientifiques. En toute bonne logique évolutionnaire, les pinsons sont donc devenus plus trouillards : une fois l’environnement modifié (des prédateurs à gogo), les oiseaux vigilants et peureux ont eu davantage de descendants et les espèces ont ainsi proprement évolué pour compter une majorité d’individus vigilants et peureux. Mais dans un sens – l’apparition du comportement – comme dans l’autre – sa disparition –, les processus évolutifs interviennent avec un effet retard par rapport à l’état de l’environnement et des organismes à l’instant T. C’est sur une telle inertie qu’a travaillé Kiyoko M. Gotanda, du département de zoologie de l’université de Cambridge (Royaume-Uni). Dans son étude, publiée quelques jours avant l’anniversaire éditorial de son illustre ancêtre académique, la chercheuse montre que sur les îles où les pinsons cohabitent avec des prédateurs, les oiseaux s’envolaient plus vite et plus loin que ceux des îles préservées d’invasifs importés par les humains. Ce qui semble aller de soi. Mais elle montre aussi que le comportement antiprédateur des oiseaux perdure sur les îles où les chats et les rats ont été totalement éradiqués depuis une bonne dizaine d’années – ce qui, compte tenu du renouvellement des générations des pinsons, ne peut s’expliquer par le fait que les oiseaux en aient un quelconque souvenir. Sa meilleure hypothèse : que le comportement ait été transmis de génération en génération, qu’importe que les prédateurs aient disparu. Par quel mécanisme ? La scientifique compte prochainement élucider le mystère.

Référence: tinyurl.com/PinsonsPeureux

Pousse-toi de mon mâle alpha

On aurait tendance à l’oublier lorsqu’on offre trop de temps de cervelle disponible à la propagande néoféministe, mais les liens que tissent les hommes et les femmes sont un

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Décembre 2019 - Causeur #74

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite