Grâce au Brexit, la France a l’occasion d’accomplir sa mission historique : défendre sa langue au sein de l’Europe. Dans un bel essai, Jean-Michel Delacomptée nous exhorte au réveil linguistique face à l’hégémonie du globish. Paris gagnerait à suivre l’exemple québécois.


Nous l’avons bien noté le 20 mars dernier, à l’occasion de la Journée internationale de la Francophonie : la République entend faire du français une priorité en se tournant davantage vers l’Afrique, ce continent qui redonne à notre langue une place enviable pour les générations futures… Fallait-il pour autant que ces annonces solennelles ignorent résolument – et symptomatiquement – la question essentielle sur laquelle le pouvoir politique devrait effectivement peser : celle de la place du français dans l’Union européenne ? Là-dessus pas un mot, pas un engagement. Car il est plus simple de célébrer le développement naturel de la langue par la démographie que de défendre son statut au sein des institutions communautaires et, à travers ce combat, la vision qu’on se fait du monde futur. Ainsi, ce français qui se développe quantitativement se trouve-t-il face à deux destinées possibles : devenir l’une des langues locales qui survivront à l’ombre du tout anglais, ou constituer le fer de lance du plurilinguisme en Europe et dans le monde.

Cause perdue ? Not at all !

On va dire que je m’attache à une cause perdue, que les faits sont là, que l’anglais est devenu la langue internationale, acceptée partout et par tous ; bref, que ma lutte pour le français est une lubie du même genre que celle de la souveraineté dans la société mondialisée. Or, il me semble au contraire que la France et l’institution européenne, après avoir laissé passer cent fois l’occasion, conservent le pouvoir d’imprimer en ce domaine une orientation. Le Brexit, en particulier, nous invite à renouer avec le plurilinguisme qui régnait avant l’adhésion de la Grande-Bretagne, et même jusqu’à l’entrée des anciens pays communistes. Au lendemain d’un élargissement hâtif (encouragé par les Britanniques et les États-Unis), ceux-ci furent en effet les promoteurs de l’anglicisation… Cependant que la France se manifestait par ses abandons, acceptant sans mot dire le passage des services  bruxellois au tout anglais, et même l’encourageant par la soumission de ses élus – tel un Pierre Moscovici écrivant en anglais à son successeur de Bercy !

A lire aussi: L’écriture inclusive, la nouvelle fabrique des crétin·e·s

Croit-on pourtant que l’Europe, premier marché mondial et pôle de l’activité planétaire, à l’égal de l’Amérique ou de l’Asie, serait incapable d’imposer « ses langues » dans les négociations, contrats, échanges politiques et juridiques internationaux, si elle en avait la volonté ? Serait-il illusoire de recourir à cette « langue de l’Europe » qu’est la « traduction », comme disait Umberto Eco, quand il s’agit de négocier un traité commercial ou militaire ? N’a-t-on vraiment d’autre issue que d’employer l’anglais au sein de bataillons franco-allemands, quand ces échanges devraient prendre en compte la véritable nature européenne : un ensemble de peuples soudés au sein d’une même civilisation, mais caractérisés par leur fabuleuse diversité ? Les pays d’Europe ne pourraient-ils réussir sur leur propre continent ce que le Québec seul parvient à faire au sein du continent américain ? Leur exemple ne viendrait-il pas alors contrebalancer le tout globish, en incitant les Chinois, les Russes ou les Sud-Américains à communiquer dans leur propre langue (la Chine d’ailleurs, se montre déjà combative sur ce point) ?

Le président polonais du Conseil européen s’exprime systématiquement en anglais, comme si l’Europe était une province américaine

En ce sens, l’expression publique de l’Union européenne, et ce qu’elle nous dit – ou ne nous dit pas – du rôle des langues au sein l’espace commun sont essentiels : or la Commission évite soigneusement d’aborder la question, ce qui ne fait que renforcer l’hégémonie de fait de l’anglais. La France, de par son poids dans l’Union – dont l’administration se situe à Bruxelles, ville francophone –, aurait évidemment les moyens de modifier cette orientation, quand bien même les obstacles restent énormes : qu’il s’agisse de l’indifférence de l’Allemagne, ou de l’adhésion de la plupart des petites nations au tout anglais. La sortie

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Causeur #57 - Mai 2018

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite