D’après une récente étude scientifique, les tueuses femelles sélectionnent en général leurs victimes dans leur entourage immédiat, ne se fatiguent pas outre mesure pour les zigouiller et intègrent leurs homicides dans une recherche de profit.


Tueurs et tueuses, chasseurs et cueilleuses

Quand j’ai appris la nouvelle, j’ai failli défaillir : jusqu’au 24 janvier 2019, il n’existait aucune étude comparant systématiquement les serial killers et les serial killeuses ! C’est désormais chose faite grâce à la sagacité de Marissa A. Harrison, Susan M. Hughes et Adam Jordan Gott de l’Albright College et de l’université d’État de Pennsylvanie à Harrisburg. À la faveur d’un échantillon de 110 tueurs et tueuses en série (55 de chaque sexe) ayant commis leurs forfaits aux États-Unis entre 1856 et 2009, avec une première occurrence au même âge (30 ans et des poussières), les scientifiques concluent que les modes opératoires suivent une distr

Article réservé aux abonnés

85 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Avril 2019 – Causeur #67

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite