En 2008, la sociologue Anne Muxel, en conclusion d’un ouvrage consacré au rôle des convictions politiques dans les relations amoureuses[1. Toi, Moi et la politique : amour et convictions, Seuil, 2008. ] s’avouait étonnée par l’une des principales conclusions de ses recherches, « le tropisme nettement marqué à gauche d’une obligation d’accord politique dans les liens affectifs » : « Les valeurs de tolérance et d’ouverture à l’autre occupent une place décisive dans la culture revendiquée de la gauche. Pourtant, l’homogamie politique y est nettement plus réclamée. » Les témoignages recueillis par Anne Muxel sont parfois glaçants. Ainsi Martine déclare : « Je n’aurais jamais pu vivre avec quelqu’un qui n’a pas les mêmes idées que moi. Ça me rend agressive. Ceux qui profèrent des idées de droite, j’ai envie de les tuer ! (Rires). »

*Photo : cambiodefractal.

Lire la suite