Quantcast
Home Édition Abonné Intermachette


Intermachette

Le coût de l'insécurité

Intermachette
Photo d'illustration. Intermarché Hyper, péage de Roussillon, Isère, 2021 © ROMAIN DOUCELIN/SIPA

Un différend de stationnement aux abords d’un Intermarché de Montpellier a donné suite à un lynchage d’une violence inouïe…


En ce mois de juin, la France a été touchée par une vague de chaleur. Les coups de soleil ont fait leur apparition, mais parallèlement, les coups tout court n’ont pas disparu.

Le directeur d’un Intermarché de Montpellier en a fait la terrible expérience récemment. En effet, ce dernier a eu l’infortune d’être agressé, à deux reprises, par les mêmes personnes, à quelques jours d’intervalle.

A lire aussi : Le désenchantement du destin français a commué la terre d’accueil en un espace de conquête

Tout commence le 3 juin, lorsque ce Montpelliérain de 31 ans constate qu’un véhicule bloque l’entrée de la réserve de son magasin. Il décide de garer son camion derrière ce véhicule, tout en laissant ses coordonnées sur le pare-brise. Mal lui en a pris, car peu de temps après, il reçoit l’appel d’une femme, qui l’insulte et le menace d’endommager son camion s’il ne rapplique pas au plus vite. Arrivé sur les lieux il se retrouve face à une furie de 20 ans, accompagnée de son père, qui le prend à partie également. Il rejoint son camion pour échapper à cette situation, mais le frère de la jeune femme, qu’il n’avait pas vu, sort de sa cachette et une bagarre éclate entre les deux hommes. Comme un malheur n’arrive jamais seul, un deuxième homme surgit et l’attaque par derrière. Le père de famille s’en mêle aussi, le touchant au visage avec un objet en bois.

La victime a refusé de porter plainte, par peur des représailles, car la charmante famille habite à proximité de chez lui. Mais le 14 juin, rebelote. Alors qu’il est en train de charger son camion, il se retrouve face à deux individus : le premier l’asperge de bombe lacrymogène tandis que le deuxième le menace de mort en brandissant une machette. Un coup de cette dernière va lui laisser une plaie béante sur la main gauche et une incapacité totale de 15 jours.

A lire ensuite, Céline Pina: Vague d’attaques au couteau en France

Cette fois, il déposa plainte. Le frère et la sœur ont été arrêtés mais pas la troisième personne, qu’il n’est pas parvenu à identifier. L’un des slogans d’ Intermarché est « Tous unis contre la vie chère ». Espérons qu’un jour nous serons tous unis contre l’ensauvagement.

Source: Midi Libre


Previous article Obsessions roumaines
Next article La surprise du chef du Kremlin

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération