Quantcast
Home Féminisme En finir avec les fruits gâtés du féminisme


En finir avec les fruits gâtés du féminisme

Une tribune du collectif « Les Femmes avec Zemmour »

En finir avec les fruits gâtés du féminisme
Marion Maréchal et Eric Zemmour, Toulon, 6 mars 2022 © Jean-Francois Badias/AP/SIPA

Le 8 mars 2022 marque aussi la journée du droit des Françaises qui veulent… en finir avec le néo-féminisme !


Vous souvenez-vous de l’époque où vous pouviez évoquer « la journée de la femme » à un déjeuner familial, sans vous faire invectiver par une sœur ou une cousine acquise à la cause néo-féministe ? Vous souvenez-vous de l’époque où les fleurs offertes par un homme à une femme étaient synonyme d’affection et non d’agression ?

À cette période légère, ont succédé les cortèges misandres et intersectionnels appelant à vous « délivrer du mâle » et du patriarcat occidental, père de tous les maux. La Journée internationale des femmes de 2022 ne dérogera pas à la règle, s’inscrivant sous le thème de « l’égalité aujourd’hui pour un avenir durable », pour toujours plus de quotas, d’éducation indifférenciée, d’immigration, d’avortements, et surtout, de financements.

Nombre de Françaises ont pris conscience que le 8 mars n’est plus un jour qui leur est destiné et que les militantes érigeant des clitoris gonflables sur la voie publique ne répondent en rien à leurs préoccupations.

Les Françaises ont compris que les centrales néo-féministes agissent dans leurs intérêts propres et pour nourrir des ambitions politiques. Diffamation, injures publiques, invectives, les militantes écoféministes consentent à toutes les bassesses et soufflent sur les braises de la discorde pour arriver à leurs fins. La trahison de Sandrine Rousseau est révélatrice de la toxicité véhiculée par cette idéologie : vouloir « occuper les places » quitte à créer le chaos dans son propre camp. Comment ne pas voir le contraste avec les femmes qui ont choisi de rejoindre Éric Zemmour ? Fidèles à leurs valeurs, conquérantes et rayonnantes, à l’image de Marion Maréchal. Pas de femmes quotas dans nos rangs, seulement des femmes de talent !

Les diktats néo-féministes nous ont enferrés dans de telles contradictions qu’il nous faut désormais lutter pour en sortir, d’autant que la droite a depuis trop longtemps déserté le combat. Quand on voit ce que les progressistes ont fait de nos droits, nous comprenons que nous n’avons d’autre choix que de partir à leur « Reconquête ».

Les Françaises veulent que les pouvoirs publics les aident à concilier leur vie familiale et leur vie professionnelle, à ne plus craindre la fin du mois, à ne plus renoncer à des soins faute de spécialistes, à ne plus tolérer de vivre dans l’insécurité. Elles sont aujourd’hui 69% à être favorables à l’interdiction des prestations sociales aux étrangers qui ont passé moins de cinq ans en France de manière régulière, car elles ne veulent plus être celles qui doivent renoncer à leurs projets familiaux faute de moyens et de perspectives.

Les Françaises se sont rangées derrière la candidature d’Éric Zemmour car, lui président, créera 60 000 places de crèches supplémentaires sur le quinquennat, expulsera les criminels et délinquants sexuels étrangers comme binationaux, augmentera le nombre de places dédiées aux victimes de violences conjugales, doublera le numérus clausus, mettra en place une bourse de naissance de 10 000 euros pour chaque enfant né dans un territoire rural et augmentera les pensions de réversion pour les veuves. Toutes ces mesures concrètes et pleines de bon sens répondent enfin aux attentes des Françaises dans leur diversité : les femmes en milieu rural qui n’en peuvent plus de faire des centaines de kilomètres pour atteindre une maternité ou d’attendre des mois pour un simple rendez-vous gynécologique, les femmes urbaines qui n’en peuvent plus d’être importunées et menacées sur leurs trajets du quotidien, les retraitées solitaires qui tombent dans la précarité, les jeunes femmes qui renoncent à leur projet d’enfant… Les Françaises sont à bout et le font savoir, elles veulent en finir avec les fruits gâtés du féminisme et partir à la reconquête de leurs droits, de leur sécurité et de leur avenir aux côtés d’Éric Zemmour.


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article Macron à Poissy, le débat Potemkine
Next article Eh bien, la guerre!
Collectif "Les Femmes avec Zemmour"

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération