Home Société Ecole: finis les “problèmes” de maths, découvrez les “phares”!

Ecole: finis les “problèmes” de maths, découvrez les “phares”!

Qu'est-ce qu'une "petite histoire à résoudre"?

Ecole: finis les “problèmes” de maths, découvrez les “phares”!
CC0 Public Domain

Que signifie « résoudre un phare » ? Que ceux qui savent lèvent la main, ne répondez pas tous en même temps.

Du nouveau à l’école

Normalement, seuls ceux de mes lecteurs qui ont (ou ont eu récemment) des enfants à l’école primaire connaissent la réponse à cette question.

Il y en a même qui vont se dire que je débarque, parce que pour leur part, cela fait sans doute belle lurette qu’ils savent ce que veut dire « résoudre un phare ». Belle lurette, en fait, je n’en sais rien. Peut-être est-ce tout récent : si quelqu’un pouvait me dire quand sont apparus lesdits « phares », je lui serais extrêmement reconnaissante.

Enfin, donc, voilà. Comme de coutume, quelques semaines après la rentrée, nous parents sommes conviés à une réunion durant laquelle la maîtresse de notre enfant expose un premier bilan du niveau et de l’ambiance de la classe et précise son projet pédagogique pour le reste de l’année. Maîtresse gentille, à la fois douce et exigeante, très attachée à la posture, à la qualité d’écriture, exercices de copie, pratique régulière de la lecture à voix haute, listes de mots difficiles à apprendre, tout cela fait plaisir à entendre.

Service minimum au CE1

Je tique un peu en découvrant qu’en CE1, la conjugaison se limitera à l’apprentissage du présent de l’indicatif d’être et avoir et des verbes du premier groupe, avec « un petit peu de futur ». Admettons…

Mais le top, c’est les mathématiques. « Jusqu’à présent, vos enfants ont appris à faire des opérations, ils vont bientôt découvrir les phares. » Pardon ? Fards ? Phares ? Fars ?

La maîtresse explique. Autrefois, on disait « un problème » mais pour l’enfant, avoir un problème c’est quelque chose d’embêtant, d’angoissant. Alors, on dit « phare »: comprenez « Petite Histoire A… »…

Lisez la suite de l’article sur le blog d’Ingrid Riocreux.


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article Suicide pour tous en Suisse?
Next article Apologie du terrorisme: chronique d’une non-expulsion ordinaire
Agrégée de lettres modernes, spécialiste de grammaire, rhétorique et stylistique. Dernier ouvrage: "Les Marchands de nouvelles, Essai sur les pulsions totalitaires des médias" (L'Artilleur, 2018)

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération