Venu lundi soir devant l’ambassade de Grèce à Paris pour exprimer sa solidarité avec la population après le vote d’un nouveau plan d’austérité par le Parlement grec, Nicolas Dupont-Aignan a pu tester en direct live l’imperméabilité de Jean-Luc Mélenchon et Olivier Besancenot au b.a.-ba des pratiques républicaines

En effet les petits camarades du candidat du Front de gauche à l’élection Présidentielle, et ceux de l’ancien porte-parole du Nouveau parti anticapitaliste ont expulsés manu militari le candidat souverainiste du rassemblement de plusieurs centaines de personnes qui se tenait avenue d’Iéna, au cri, notamment de « A bas les fachos ! ».

Ce n’est donc qu’à bonne distance du rassemblement, sur le trottoir d’en face (l’avenue d’Iéna est très très large), et sous les quolibets des « antifascistes » que NDA a pu dire trois mots aux caméras à savoir que les organisations de gauche « n’ont pas le monopole du soutien au peuple grec », avant d’ajouter, à l’adresse de Mélenchon-le-radical : « Je suis le seul à demander la sortie de l’euro pour la Grèce, qui est le seul moyen de les sortir de la difficulté. »

On pourra certes penser qu’il ne s’agissait là que de débordements, uniquement dus à quelques crétins incontrôlables. Sauf que si c’était le cas, le prolixe Jean-Luc se serait fendu d’un mot d’excuses, ou au moins d’explications sur son blog. On l’attend toujours…


NDA réagit à son agression par dlrtv

Lire la suite