Et si on arrêtait l’hystérie écologiste ? Face aux prophéties apocalyptiques tenues pour des vérités, un retour à la raison s’impose: Juliette Binoche n’a pas le monopole du climat. Causeur autorise le débat et vous livre beaucoup d’autres surprises. 


Il aura suffi d’une allumette suédoise pour mettre le feu aux poudres. La petite péronnelle venue du froid qui sermonne à tout-va contre le réchauffement climatique. Par on-ne-sait-quel miracle, la grève des écoliers devrait alerter l’opinion publique et la sensibiliser à l’urgence écologique. Dans ce débat biaisé, il n’est pas question de raison, de controverses scientifiques ou d’arguments : l’émotion commande tout, à l’image de la pétition « L’Affaire du siècle » où une théorie de peoples nomades nous somme de bouleverser nos vies.

« Commençons par revenir au bon sens »

Comme l’écrit Elisabeth Lévy, « non seulement on exige du public qu’il accepte des hypothèses comme des vérités révélées, mais on prétend lui interdire d’examiner les arguments de tous les dissidents, y compris quand ils ont une légitimité scientifique. (…) Avant de réclamer une révolution que personne n’est prêt à mettre en œuvre, commençons par revenir au bon sens, par exemple en pratiquant une agriculture soucieuse des sols et de la biologie ». C’est d’ailleurs la revendication que défend le biochimiste George Oxley dans nos colonnes.


>>> Lire le magazine <<<


Pour l’environnementaliste Bertrand Alliot, alors que presque tous les pays du monde préfèrent rechercher des conditions de vie meilleures plutôt que de miser sur un avenir radieux, seule l’Europe a décidé de sacrifier le pouvoir d’achat des générations actuelles pour financer les énergies renouvelables. Quant à l’ancien PDG d’Elf, Loïk Le Floch-Prigent, il trouve problématique la croissance galopante du nombre d’humains sur terre. Bien que la fin du pétrole ne soit pas pour demain, la généralisation du mode de vie occidental exige des investissements colossaux dans les énergies alternatives. Quelques semaines après l’entrée en fonctions du président brésilien Bolsonaro, Jean-Yves Carfantan démonte les idées reçues sur l’Amazonie. Instrumentalisant la cause des Indiens, ONG et mouvements indigénistes ont pris le contrôle d’un septième du territoire brésilien. Leur écologisme radical se heurte aux intérêts des agriculteurs… et aux aspirations de la majorité des Indiens.

Kafka, complots et mosquée à Issy-les-Moulineaux

Rubrique « Actualités », j’ai mené ma petite enquête chez les gilets jaunes après que les actes antijuifs se sont multipliés en marge des manifestations. Bilan des courses après avoir interrogé les uns et les autres : si les gilets jaunes pratiquent une forme de violence insurrectionnelle, ils cèdent moins à l’antisémitisme qu’à son fourrier complotiste. Et sont la proie de tous les noyautages, y compris des moins fréquentables. Investigation toujours, Erwan Seznec et Anne-Sophie Nogaret ont enquêté à Issy-les-Moulineaux. En marge des travaux du métro, la ville doit détruire une salle de prière musulmane. L’occasion toute trouvée de construire une grande mosquée démesurée pour cette petite commune. D’anciens adjoints au maire ont déposé un recours contre ce chantier objet d’un montage juridique approximatif.

Côté culture, Pierre Lamalattie nous fait découvrir le peinte caravagiste Théodule Ribot, Emmanuel Tresmontant embarque pour les saveurs parfumées de l’Auvergne et le traducteur de Kafka, Jean-Pierre Lefebvre, relit ce grand écrivain en le replaçant dans son époque. A vos marques, prêts, lisez !


>>> Lire le magazine <<<


Lire la suite