L’adaptation de Cécile est morte de Maurice Tourneur mérite le détour, surtout pour l’indéniable qualité de sa distribution.


D’accord, Albert Préjean n’est pas le meilleur des Maigret de Simenon à l’écran, Gabin l’emportant largement sur tous les autres. Cette adaptation de Cécile est morte mérite cependant le détour. Produit par la Continentale, écrit par Jean-Paul Le Chanois et sorti sur les écrans en 1944, le film vaut surtout par l’indéniable qualité de sa distribution. On y profite de la fine fleur des seconds rôles du cinéma français de l’époque : Gabriello, Jean Brochard, Yves Deniaud, Charles Blavette, sans oublier Germaine Kerjean et Luc

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Janvier 2021 – Causeur #86

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite