Un jour, les animaux prendront le pouvoir sur les hommes, avec ou sans leur consentement. Certains ont déjà commencé…


Sale temps pour la faune. Les insectes s’éteignent en masse, les oiseaux désertent nos grandes villes, les chasseurs ont pris le pouvoir. Après l’otarie du Japon et le dauphin de Chine, c’est au tour du Nicolas Hulot de disparaître. C’était pourtant une espèce joviale, vouée aux craintes apocalyptiques et aux rêveries naturalistes. Mais il y a pire ! Parfois, les animaux sont embrigadés dans des guerres qui ne sont pas les leurs, comme lors de l’opération de communication « Enlarge your Paris » (sic), où l’on a pu voir des « bergers urbains » (sic) organiser la transhumance de centaines de moutons en Seine-Saint-Denis pour défendre l’agriculture urbaine. Pour « les-Parisiennes-et-les-Parisiens », il était possible de participer à cette marche des fiertés caprines et d’accompagner la déambulation en bêlant. Le Grand Paris n’a toutefois pas dit ce qu’étaient devenus les animaux. On fait le pari du méchou

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Octobre 2018 - Causeur #61

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite