Dans son nouvel essai Des animaux et des hommes, Alain Finkielkraut débat avec divers intellectuels sensibles à la cause animale. Opposé à l’élevage industriel, l’académicien amoureux des vaches refuse néanmoins d’embrasser la croisade antispéciste.


Il aura fallu qu’Alain Finkielkraut dirige un ouvrage sur les animaux pour que ses détracteurs le trouvent enfin humain, très humain. À l’occasion de la sortie Des animaux et des hommes (Stock) qui recense les émissions de « Répliques » sur France Culture consacrées à la question animale, certains finissent par admettre que le philosophe ne mange pas de bébés noirs au petit-déjeuner. Ainsi, Christine Angot s’est-elle montrée d’une douceur d’agneau sur le plateau d’ « On n’est pas couché » face à Alain Finkielkraut, qui a d’emblée annoncé la couleur : « Je suis très soucieux de la cause animale. »

Cela en dit long sur notre époque. L’académicien, qui a fait graver une tête d’une vache sur son épée d’académi

Article réservé aux abonnés

85 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Octobre 2018 - Causeur #61

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite