L’écrivain et l’ex-joueur signent un Dictionnaire amoureux du tennis qui claque comme une volée


Certains croient encore à cette légende urbaine que le tennis se pratiquerait entre gentlemen, un verre de Pimm’s à la main au club house, le polo blanc immaculé de rigueur sur un gazon verdoyant, fairplay et beaux gestes sur le court central, mièvreries et contes pour enfants. Le tennis est un sport de combat, saignant et frustrant, solitaire et épuisant pour les nerfs où le joueur-architecte avance comme aux échecs, point après point, dans une politique de la terre brûlée. Il faut miner son adversaire, le faire douter, vaciller, l’humilier parfois pour l’abattre psychologiquement. 

Antoine Benneteau / Photo: Twitter

Deux amoureux du tennis, taquins et malins

La victoire n’est jamais propre. Cette guerre sur tapis vert ou terre ocre demande des qualités sportives et intellectuelles, techniques et artistiques que le néophyte ignore trop souvent devant son poste. Car le tennis nécessite un long apprentissage, c’est une école de patience où l’amertume du match perdu ne doit jamais l’emporter. Peu de sportifs professionnels sont soumis au syndrome de la défaite durant toute leur carrière. On doit vivre avec elle, presque quotidiennement, elle est comme une seconde peau. Je me suis toujours méfié des animateurs télé et des humoristes qui dénigrent notamment nos joueurs et joueuses de tennis pour leur manque de résultat. 

Ce qui est faux statistiquement et injuste quand on sait l’extrême difficulté de parvenir au meilleur niveau mondial. L’homme qui entre un jour au classement de l’ATP a derrière lui des années de galère, de doute, d’emprunts parfois, de blessures et de tensions avec sa fédération car le tennis coûte cher à tous les niveaux. L’homme seul et misérable s’y révèle dans sa nudité totale. Aucun autre sport ne met autant son pratiquant à l’épreuve. Il fallait donc deux amoureux taquins et malins, l’écrivain-professeur Laurent Binet (Grand Prix de l’Académie française) et Antoine Benneteau, ex-joueur profess

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Lire la suite