Quantcast
Home Politique Tartuffe réélu: «Cachez cette France que je ne saurais voir»


Tartuffe réélu: «Cachez cette France que je ne saurais voir»

Tartuffe réélu: «Cachez cette France que je ne saurais voir»
24 avril 2022 © LAURENT VU/SIPA

En Bourgeois gentilhomme, il serait aussi excellent


Quand nous eûmes connaissance des résultats sans surprise d’une élection présidentielle qui plaça bon nombre d’entre nous face à un choix cornélien, confrontés à deux candidats dans lesquels nous ne nous reconnaissions pas, c’est Rabelais qui me réconforta. Je songeais à son aphorisme, dans l’avis proposé aux lecteurs de Gargantua :

« Mieulx est de ris que de larmes escripre,
   Pour ce que rire est le propre de l’homme. »

Ensuite, toujours dans l’esprit d’en rire et pour faire passer une pilule, pour le moins amère, je me suis tournée vers Molière. Il eût été du reste follement inspiré par notre époque et c’est en faux dévot moliéresque que notre jeune acteur présidentiel brûle définitivement les planches. Je me suis donc plongée dans Le tartuffe ou l’imposteur  et vous livre dans la foulée ma réflexion à propos de ces derniers jours.

Ouvrons la pièce à la scène 2 de l’Acte I.

Nous sommes encore dans le précédent quinquennat de notre amateur de « carabistouilles » (le mot est lui) et de poudre de perlimpinpin. Restituons alors une conversation entre le porte-parole d’une France qui souffre sous le joug de notre royal imposteur (représentée par la Dorine de la comédie de Molière) et les sectateurs de notre Tartuffe de jeune Prince, incarnés en Orgon, le père de famille dupé par le princier charlatan. 

                  Orgon (partie de la France envoûtée par Emmanuel Macron)

Qu’est ce qu’on fait céans ? Comme est-ce qu’on s’y porte ?

                  Dorine (porte-drapeau d’une autre partie de la France martyrisée par Tartuffe)

Madame (La France) eut avant-hier la fièvre jusqu’au soir,
Avec un mal de tête étrange à concevoir.

Et pour cause, nombreux Jacques, à savoir une foule de sans-dents en colère, des gueux appelés Gilets-jaunes occupaient les ronds-points et les centres de nos villes, manifestant leur désespoir de ne pouvoir vivre de leurs maigres émoluments. Mais, poursuivons :

                   Orgon

Et Tartuffe ?

                  Dorine

Tartuffe ! Il se porte à merveille,
Gros et gras, le teint frais, et la bouche vermeille

                Orgon

Le pauvre homme !

Ben tiens ! On ne comptait plus les coups de matraque infligés aux gueux, ni les yeux arrachés : dommages collatéraux subis par les manants lors de la répression des jacqueries ordonnée par Emmanuel Macron. Et le dialogue de se poursuivre : il fut ensuite question des soignants renvoyés de leurs emplois parce qu’ils refusaient un vaccin imposé par Tartuffe flanqué de son inénarrable « Conseil médical ».

              Orgon

Et Tartuffe ?

             Dorine

Pressé d’un sommeil agréable,
Il passa dans sa chambre au sortir de la table ;
Et dans son lit bien chaud il se mit tout soudain,
Où sans troubles, il dormit jusques au lendemain.

             Orgon

Le pauvre homme !

Nous eûmes ensuite, avant le couronnement du 24 avril, la première manche d’un tournoi opposant douze chevaliers qui tourna très vite à la pantalonnade. Emmanuel Macron refusa d’en découdre avec ceux qu’il considérait comme de pauvres hères. Seuls restèrent en lice notre monarque et son adversaire préférée, la présidente de la Fédération Féline Française (l’amour de Marine Le Pen pour les chats est bien connu.) Le président s’obstina judicieusement à nommer le parti de celle-ci : « Front national », soucieux de cantonner sa rivale et ledit parti dans un passé à jamais maudit. C’est alors que débuta le second tour. Durant une quinzaine de jours fut sonné, à grand son de trompe, l’appel à un front républicain, orchestré de main de maître par notre président-candidat à sa propre succession. Celui-ci, plutôt que d’évoquer son triste bilan et un programme pour le moins léger, battit le rappel de tout ce que la France comptait d’artistes, de sportifs et de médias tout à sa cause acquis. On se mobilisa pour éviter le retour du fascisme en France. Il s’agissait de neutraliser les remugles qui commençaient à chatouiller désagréablement la narine de Tartuffe et de sauver la Liberté gravement menacée par la dame aux chats.

Eut ensuite lieu le débat institutionnel d’entre les deux tours, sans grande saveur. Notre Tartuffe y surjoua son personnage, d’étonnement, Gilles Bouleau fut métamorphosé en ficus et Léa Salamé en statue de sel. Face à une Marine Le Pen tout aussi médusée et soucieuse d’arborer un calme que ses conseils en communication avaient dû la sommer d’afficher contre vents et marées, l’insolent assomma les téléspectateurs et son adversaire de carabistouilles technocratiques. Les chiffres voltigeaient, dans un nuage de poudre jetée aux yeux. Souvent, les mains de notre prestidigitateur, disciple de Gérard Majax, s’agitaient frénétiquement pour sortir sans vergogne quelques couleuvres de son chapeau. Son adversaire les avalait sans broncher, assommée par les gesticulations méprisantes et condescendantes de l’histrion. Celui-ci lui coupait grossièrement la parole, tel un chien hargneux face à une interlocutrice qui aurait oublié d’être chat.

Gardons bien en mémoires certaines des saillies de notre bateleur face auxquelles Marine Le Pen resta coite. Alors qu’elle affirmait vouloir supprimer le voile de l’espace public, Tartuffe osa répondre, insultant une partie des Français et sous-entendant par là même qu’ils seraient incapables de respecter la loi : « Vous allez créer la guerre civile, si vous faites ça, je vous le dis en toute sincérité. » Quand elle tenta de se référer à Charles de Gaulle, notre pédant et condescendant personnage, grand bradeur de l’Histoire de la France, éructa : « Oh Madame Le Pen, venant d’où vous venez, vous ne devriez pas parler du Général de Gaulle. » Il lui assena enfin un uppercut en mentionnant le prêt qu’elle avait contracté en Russie pour financer sa campagne. À peine osa-t-elle rappeler pour riposter les accointances du tout petit Prince avec McKinsey.

Si Marine Le Pen ne broncha pas plus que Raminagrobis assoupi près d’une cheminée et digérant un bon rôt, c’est que notre fourbe Kaa l’avait hypnotisé. Bien sûr, après coup, il fut facile pour nous tous de convenir qu’elle eût dû être plus offensive. Il lui aurait suffi d’attaquer le président sur son bilan, sur l’insécurité et sur l’immigration. Mais tout se déroula ainsi parce que c’était elle et surtout parce que c’était lui.

On eut droit enfin, avant ce dimanche soir, marqué (à jamais) par la réélection de Foutriquet, à deux jours de récit des pérégrinations hexagonales épiques de nos deux candidats. J’en retins la formidable hypocrisie de notre Tartuffe qui vacillait à droite puis à gauche tel le Bateau ivre. On se souviendra de Figeac comme Clovis se souvint, en son temps, de Soisson. Notre recalé du Conservatoire n’y alla pas de main morte : « Rien n’est encore joué ! Vous l’avez compris : rien n’est encore joué ! » vociféra-t-il avec une impudeur déconcertante alors que nous savions tous que l’affaire était pliée. Pour ceux qui ignoreraient encore qui est notre comédien-président réelu, je ne peux m’empêcher, pour conclure, de rappeler le portrait qu’en fait Orgon à son beau-frère Cléante, toujours dans Tartuffe ou l’imposteur. Comme celui-ci ne peut comprendre la ferveur suscitée par le faux dévot, Orgon s’adresse à lui ainsi (scène 5 de l’acte I) :

               Orgon à Cléante

Qui suit bien ses leçons goûte une paix profonde,
Et comme du fumier regarde tout le monde.
Oui, je deviens tout autre à son entretien ;
De toutes amitiés il détache mon âme ;
Et je verrais mourir frère, enfants, mère et femme,
Que je m’en soucierai autant que de cela.

Courage, mes amis, soyons avare de notre mépris et ne devenons pas misanthropes pour si peu.
Contentons-nous, en bons Gaulois réfractaires, de réserver quelques fourberies à notre bon Tartuffe.

Le Tartuffe

Price: 2,00 €

54 used & new available from 0,59 €

Foutriquet

Price: 19,90 €

24 used & new available from 13,45 €


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article Wimbledon, ou la bonne conscience à peu de frais
Next article [Nos années Causeur] Minoritaire au carré: En mémoire de Luc Rosenzweig et Roland Jaccard
est professeur de Lettres modernes

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération