Home Société Superman bisexuel: quand la culture woke remodèle notre imaginaire


Superman bisexuel: quand la culture woke remodèle notre imaginaire

Le regard libre d'Elisabeth Lévy

Superman bisexuel: quand la culture woke remodèle notre imaginaire
Twitter / DC Comics

Dans les nouvelles aventures à paraître de Superman, son fils Jon Kent tombe amoureux d’un autre homme. Le but affiché de cette petite révolution est-il uniquement de mieux représenter la diversité sexuelle?


Sans être des spécialistes des super-héros, notons que ce nouveau Superman (Jon Kent) n’est autre que le fils de l’ancien (Clark Kent). N’est-ce pas un peu népotique ? La monarchie héréditaire ce n’est pas très woke, non ? Passons. 

Superman ou Mère Teresa ?

La grande nouvelle, donc, c’est qu’il est bisexuel, et surtout homo puisqu’il embrasse goulûment un autre garçon. D’ailleurs, cette grande nouvelle nous a été annoncée par l’éditeur DC Comics à l’occasion de la journée mondiale du coming-out, dont nous apprenons l’existence. Superman ne s’attaque plus aux nazis comme à l’origine, ni aux ennemis de l’Amérique mais est très impliqué contre les injustices sociales, le dérèglement climatique ou la crise des réfugiés. Bref, c’est Mère Teresa. 

A lire aussi: La plateforme “woke” Netflix tue Musclor

Superman est donc un homme de son temps, où il est bon que chacun puisse se reconnaître dans le super-héros le plus puissant de tous. Mais si Superman c’est Monsieur ou Madame tout le monde, en quoi est-il un super-héros, alors ? Surtout, ceux qui veulent des super-héros LGBT, noirs, musulmans, juifs ou handicapés n’ont qu’à les créer – il y en a d’ailleurs d’excellents parait-il. 

La culture woke remodèle notre imaginaire: stop à cette américanisation de notre américanisation!

Non, il s’agit de réécrire, de transformer, de rééduquer. Catwoman est devenue lesbienne et Batwoman s’est déclarée bisexuelle en 2015 après avoir eu une fille de Batman. Cette volonté d’effacement du monde ancien révèle l’essence totalitaire du mouvement woke. D’ailleurs, il faudrait rebaptiser Superman, c’est trop genré. Derrière l’hymne à l’inclusion et à la tolérance, il s’agit bien d’exclure l’hétérosexualité du champ de l’imaginaire. Entre nous, contrairement à James Bond, ce symbole bien connu de la masculinité toxique, Superman était plutôt du genre puceau. Malgré ses parties protubérantes, les affres de la sexualité lui étaient jusqu’à présent étrangères. 

Eh bien voilà nos héros repeints en amoureux transis. Jon Kent file la romance avec un journaliste et James Bond prend sa retraite pour roucouler. Mais imagine-t-on le général De Gaulle oublier la France libre pour Yvonne ou pour son aide de camp ? 


Cette chronique a initialement été diffusée sur Sud Radio.

Retrouvez Elisabeth Lévy chaque matin à 8h10 dans la matinale


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article C’est dur d’être aimée par des cons
Next article Chine/États-Unis, un conflit inévitable?

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération