Home Monde Sahara occidental: le Maroc et l’Algérie seraient inspirés de coordonner leurs efforts


Sahara occidental: le Maroc et l’Algérie seraient inspirés de coordonner leurs efforts

Une résolution de conflit nécessaire à la stabilisation de la région

Sahara occidental: le Maroc et l’Algérie seraient inspirés de coordonner leurs efforts
Adnane Abou Walid al-Sahraoui et son groupe, principal danger au Sahara occidental. Photo D.R.

Une résolution de conflit nécessaire à la stabilisation de la région


La reprise des tensions au Sahara occidental, entre les militants sahraouis du Front Polisario et le Maroc, depuis le mois de novembre dernier, pose la question d’un risque d’escalade dans une région où la donne sécuritaire est si sensible et si inflammable. Le terrorisme, les violences intercommunautaires, l’immigration clandestine et les trafics illégaux sont des défis communs à tous les pays de la zone sahélo-saharienne et du Maghreb.

L’instabilité du Sahara occidental où le plus grand danger est incarné par Adnane Abou Walid al-Sahraoui et son groupe État islamique au Grand Sahara (EIGS), adossé à l’instabilité régionale, a d’ailleurs encouragé la « jihadisation » d’une partie de la jeunesse sahraouie. Une escalade des tensions entre le Front Polisario et le Maroc bénéficierait donc, en premier lieu, aux organisations terroristes agissant dans la région.

Sur ce sujet comme d’autres, Algérie et Maroc ne parviennent pas à s’entendre

Le problème est qu’au contexte explosif du Sahara occidental s’ajoute le poids des relations conflictuelles entre Rabat et Alger qui reste l’un des principaux soutiens du Polisario. Bien que l’Algérie avance des arguments idéologiques de lutte anticoloniale pour justifier ce soutien, le pays semble surtout engagé avec le Polisario pour des intérêts politiques et stratégiques inavoués. En effet, ne souhaitant pas revenir sur la question de ses frontières avec le Maroc, le maintien d’une tension de basse intensité autour du Sahara occidental lui permet d’éviter les potentielles velléités du Royaume à ce sujet. L’opposition entre les deux puissances du Maghreb demeure donc un frein à la résolution du dossier sahraoui ainsi qu’aux échanges régionaux en matière de préservation de la paix, de libre-circulation et d’économie.

A lire aussi: Face au terrorisme islamiste, le Maroc met en place une réponse globale

Pourtant une coopération à l’intérieur du Maghreb ainsi qu’entre le Maghreb et les pays du Sahel seraient la clé d’une meilleure appréhension des menaces sécuritaires pesant sur la région et qui sont, de facto, interconnectées. Alors que le sommet du G5 Sahel vient de se tenir à N’Djamena (Tchad), l’implication du Maroc autour de la région sahélo-saharienne (caractérisée par une collaboration sud-sud et nord-sud) se démarque. Après avoir fait face à un grand nombre d’attaques terroristes dès 2003, le gouvernement marocain a su détecter les foyers extrémistes et mettre en place une restructuration de la sphère religieuse par l’État (notamment avec la formation de ses imams), et des procédures pénales plus sévères en matière de terrorisme.

L’Algérie est déjà très occupée par ses troubles internes

Ces différentes initiatives lui ont permis de s’impliquer de façon proactive sur la scène internationale. Le royaume chérifien est désormais un partenaire clé de la coopération euro-méditerranéenne et continentale en matière d’anti-terrorisme et d’immigration. Il s’est également impliqué au niveau régional par son entrée au sein de l’Union africaine en 2017, suivie de sa demande d’intégration, la même année, au sein de la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (Cédéao). L’ensemble de ces éléments font du Maroc un partenaire de premier plan pour les pays de la région, l’Europe et les États-Unis.

Quant à l’Algérie, le bilan de sa collaboration avec les pays du Sahel reste mitigé. Pourtant, le pays dispose de l’armée la plus puissante du continent qui lui permet, notamment, d’appuyer la Tunisie dans la sécurisation de ses frontières. Ce facteur décisif adossé à la fiabilité de l’Algérie dans la lutte anti-terroriste, pourrait permettre d’aider à faire face aux défis sécuritaires de la région. Paris aurait donc souhaité, en complément de la constitution du G5 Sahel, obtenir un appui du pays. Les accords d’Alger, signés à Bamako en 2015, allaient dans le sens de cette implication algérienne. Mais Alger semble en retrait depuis. En réalité, le pays doit faire face à d’immenses défis internes et la collaboration régionale en matière de lutte anti-terroriste ne semble pas être une priorité de ses généraux. Dans ce contexte, si Alger offrait à nouveau un appui militaire au Front Polisario (au moment même où le principe de non-ingérence de son armée a été abandonné), elle ferait une erreur stratégique de taille et provoquerait un conflit de plus dans la région. Le pays aurait davantage intérêt à sortir de sa logique insulaire pour mettre à profit ses nombreux atouts et favoriser une paix durable dans la région.

Pour faire face aux défis sécuritaires de la région, les pays du Maghreb et du Sahel doivent plus que jamais parvenir à une coordination au niveau du renseignement et des actions. Or cette collaboration se trouve limitée par le dossier du Sahara occidental et les divisions au sein du Maghreb. Clore ces conflits doit pourtant demeurer un objectif qui éviterait, notamment, de donner l’occasion à certains sahraouis maîtrisant la zone, de grossir le rang des jihadistes. À cet égard, si la résolution du conflit devait être comprise dans une perspective anti-terroriste, des renégociations autour de la proposition d’autonomie sous contrôle marocaine entre l’ONU, les puissances étrangères et les pays voisins, pourrait être une option sérieuse permettant la pacification de la région et la résolution de ce dossier vieux de quarante ans.


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article CADA de Pau: le Soudanais meurtrier n’était pas terroriste, pas réfugié non plus
Next article Les statues, source de discorde
Chercheur associé à l’Institut Thomas More, président du Réseau de Réflexion Stratégique sur la Sécurité au Sahel (2r3s)

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération