Six tragédies de Racine en podcast sur France Culture. Histoire d’oublier les mots éphémères du bruissement médiatique et de retrouver un chant profond.



Il n’est peut-être pas inutile, pour des raisons de santé mentale et de sauvegarde de notre oreille interne de saluer la belle initiative de France-Culture qui nous donne, grâce à son partenariat avec la Comédie Française, les six plus grandes tragédies de Racine en libre écoute. 

C’est un vrai bonheur, une impression d’air pur, d’altitude heureuse à l’époque de la parlure paniquée et incessante sur les chaines infos où se démultiplie la logorrhée des éditocrates qui n’ont même plus honte d’exposer leur parfait alignement sur les thèses gouvernementales, au point de devenir des doublons de Sibeth N’Diaye. Ils reproduisent servilement les mensonges et les approximations d’un néo-langage qui est la langue même de la servitude, déclarant aujourd’hui erreur impardonnable ce qui était hier encore la ligne officielle ; comme les employés orwelliens du ministère de la Vérité dans 1984. Comme il y a une justice, cela s’entend dans leur syntaxe aléatoire et leur ton qui n’est jamais juste. C’est qu’ils disent un texte qui n’est pas le leur, contrairement aux comédiens raciniens qui ont métabolisé, à l’instar de la belle Léonie Simaga dans Andromaque, l’alexandrin racinien à un point tel qu’il leur est d’un incroyable et mélodieux naturel. On se souvient alors de ce que Barthes disait à ce propos dans son Sur Racine : « L’art classique est musical ; mais la musique y est parfaitement définie : l’alexandrin. (…) C’est parce que l’alexandrin est défini techniquement comme une fonction musicale qu’il n’y a pas à le définir musicalement. »

On retrouvera donc ici les enregistrements d ‘Andromaque (1667), Britannicus (1669), Bérénice (1670), Bajazet (1672), Iphigénie (1674), Phèdre (1677). Dix années pendant lesquelles Racine va réinventer la tragédie en évacuant de plus en plus tout ce qui peut s’ap

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Lire la suite