Home Économie Quand Cameron snobe Fillon


Quand Cameron snobe Fillon

Quand Cameron snobe Fillon

En bon ancien eurosceptique pragmatique, François Fillon est un inlassable pèlerin de la cause européenne. Et le plus anglophile de tous les Premiers ministres que la France ait connus. Il a épousé une Galloise, son idole de toujours s’appelle Winston Churchill, il aime les pubs et les baked beans.

Jeudi 13 janvier, il était à Londres pour défendre l’intégration européenne et par là-même consolider sa monnaie légèrement mal en point. Le Royaume Uni n’est pas membre de l’Union monétaire me direz-vous… Certes, mais son sort est lié, que cela lui plaise ou non, à celui de la monnaie européenne. Sauver l’euro est vital pour les intérêts britanniques.
Fort de cette constatation, le Premier ministre en a profité pour jouer cartes sur table et présenter aux Anglais l’approche française relookée qui désormais fait figure de credo européen à Paris. « Il faudra progressivement harmoniser nos politiques économiques, budgétaires et sociales… voire mettre en place un système de gouvernance économique pour la zone euro », a-t-il lâché. Ce n’est pas tout à fait nouveau, mais mine de rien, c’est un véritable pavé dans la mare.

François Fillon se serait-il rallié sur le tard aux thèses de Margaret Thatcher ? La Dame de fer avait en son temps à maintes reprises averti Jacques Delors des dangers d’une union monétaire sans unification politique… Même si on peut raisonnablement penser que la fourbe désirait surtout gagner du temps et enterrer dignement l’Europe, les faits semblent lui avoir depuis donné raison. Les meilleures idées du monde, et, à mon humble avis, l’unification de notre continent en est une, exigent une mise en œuvre soignée. En mettant la charrue avant les bœufs, en ignorant délibérément les disparités économiques et sociales, en bâclant la genèse de l’euro, c’est tout l’équilibre délicat de l’Union que les Etats-membres ont pris le risque de mettre en péril. Les crises que connaissent les « maillons faibles » viennent de les rappeler opportunément à l’ordre. La France qui ne propose rien de moins que de limiter le pouvoir des gouvernements nationaux, est donc désormais dans une pure logique intégrationniste pour sauver la monnaie unique.

On imagine sans peine la fin de non-recevoir cameronesque. Courtoise mais définitive.
Primo, le Prime minister répondit au Premier ministre qu’il n’envisageait pas de participer à un nouveau plan de sauvetage, notamment à l’égard du Portugal.
Secundo, soutenir l’euro, aider à sa stabilisation, oui… Centraliser le pouvoir en matière de fiscalité et de dépenses en diluant massivement la souveraineté pour changer politiquement la nature profonde de l’Europe, never ever. À moins de lui passer sur le corps et sur celui de soixante millions de Britanniques plus insulaires que jamais. En clair, un super-Etat fédéral et une Europe à deux vitesses, ça va pas ta tête, répliqua David à François, fidèle à ses convictions personnelles et à sa majorité très eurosceptique, allergique à tout ce qui vient de Bruxelles.

Conviction sans doute mais aussi opportunisme. Et si l’habile Cameron, plus encore qu’une opposition de principe, voyait dans cette fermeté réaffirmée une occasion conjoncturelle unique de re-cimenter sa relation avec… l’Allemagne ? Benoîtement, il a rappelé à François Fillon que la France n’était pas destinée à façonner l’Europe. Ne nous cachons pas derrière notre petit doigt, nul n’ignore que son général en chef est à Berlin, et Angela Merkel n’a que peu d’affinités avec nos ambitions supranationales. Les Allemands ont fait savoir qu’ils ne souhaitent pas payer pour les Etats endettés qui n’ont pas su, contrairement à eux, endurer des années d’austérité pour maintenir une discipline économique.

Pourtant, en octobre dernier, lors d’une escapade à Deauville, Nicolas Sarkozy et la chancelière ont l’un et l’autre reconnu le besoin impératif d’une nouvelle structure. Un changement fondamental et révolutionnaire des institutions européennes qui bouleverserait profondément le traité de Lisbonne et abandonnerait les principes de Maastricht où chaque Etat est responsable de ses propres dettes.

La porte est étroite pour Cameron. Qui emportera le morceau, qui finira par convaincre Angela ? Celui-là enterrera l’euro et l’Europe ou ouvrira un nouveau chapitre assez exaltant de notre histoire continentale. Ni plus, ni moins.


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article President who ?
Next article De la pauvreté à la misère
Agnes Wickfield est correspondante permanente à Londres.

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération