Quantcast
Home Édition Abonné Poutine superstar


Poutine superstar

Le Tik Tok chinois en effervescence

Poutine superstar
Le président russe Vladimir Poutine, au bord d'un lac de Sibérie, le 1er août 2017 © D.R.

Le maître du Kremlin devient la nouvelle coqueluche de la jeunesse chinoise sur les réseaux sociaux.


Alors que l’Occident en général le tient pour un monstre de cynisme et de cruauté, le président russe est adulé, voire idolâtré par un public nombreux en dehors de son propre pays[1]. Des milliers de Chinois postent sur Douyin, la version originale chinoise de TikTok, des vidéos à la gloire de celui qu’ils surnomment « Papa Poutine », « Prince charmant », « Grand Frère » ou « Dieu mâle ». Ces vidéos récoltent des centaines de milliers de « likes » et des milliers de commentaires enthousiastes. On y loue son énergie, son courage, son dévouement à son peuple et même sa bonté. On poste des montages flatteurs de Poutine et des chansons façon karaoké exprimant un « amour ardent » pour Vladimir.

Cette vénération d’un leader étranger ne déplaît pas en haut lieu. Si nombre de comptes de fans de Poutine appartiennent à des individus qui ont une admiration sincère pour le chef d’État russe, d’autres sont sous le contrôle du gouvernement chinois. Bien que la Chine n’approuve pas officiellement l’invasion de l’Ukraine, elle censure les publications antirusses sur les médias sociaux et proclame que les États-Unis et l’OTAN sont responsables de la guerre.

A lire aussi : Sommes-nous aussi décadents que le pense Poutine?

À l’époque de Mao, la Chine entretenait une forte admiration pour Staline, considéré comme un bon leader communiste, à la différence de ses successeurs soviétiques. Poutine incarne de nouveau l’homme fort qui convient au régime autoritaire chinois. La seule inquiétude concerne la très grande place que la culture numérique en Chine accorde au « fandom », autrement dit à ces cultes voués par des fans à une personne ou un sujet qui les enthousiasme. L’année dernière, l’État a annoncé vouloir imposer des limites à ce qu’il appelle l’« adoration toxique des idoles » qui risque de porter atteinte à la santé physique et mentale des jeunes. Qu’on se rassure, Papa Poutine n’a jamais fait de mal à personne.


[1]. Amanda Florian, « Chinese TikTok Users Are in Love With “Daddy Putin” », Foreign Policy, 15 mai 2022.

Juin 2022 - Causeur #102

Article extrait du Magazine Causeur


Previous article Panique à bord
Next article Un désastre et un retour
est directeur adjoint de la rédaction de Causeur.

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération