Propos recueillis par Jacques de Guillebon et Gil Mihaely

Dans un précédent numéro de Causeur, Paul Thibaud estimait que, pour blasphémer, il faut être croyant. Quand Charlie Hebdo caricature le pape ou Jésus, s’agit-il de blasphème ? Et faut-il aller devant les tribunaux ?

Je ne vais pas entrer dans la théologie morale, mais il y a une moralité objective et une moralité subjective. Je n’ai pas la place pour m’étendre sur cette explication, mais, même de la part d’un incroyant, on peut avoir l’intuition qu’il n’y a rien de vraiment indifférent. Cela dit, puisque vous évoquez les tribunaux, et non pas la morale religieuse, il me semble qu’en droit civil, on est attentif à la notion de provocation, d’injure… En France, le droit de la presse est très vigilant pour protéger la liberté d’expression, et les journaux satiriques bénéficient à cet égard d’une jurisprudence fort bienveillante. Cela doit-il constituer un frein pour aller aux tribunaux ? Vous serez d’accord avec moi que, s’il y a une liberté de la presse, il y a aussi une liberté de porter plainte.