Quantcast
Home Société Mince, rouler en ville à 30 km/h pollue beaucoup plus qu’à 50 km/h!


Mince, rouler en ville à 30 km/h pollue beaucoup plus qu’à 50 km/h!

Il faudrait le dire à Anne Hidalgo

Mince, rouler en ville à 30 km/h pollue beaucoup plus qu’à 50 km/h!
Anne Hidalgo en 2014 © LCHAM/SIPA Numéro de reportage : 00679778_000122

Selon une étude récente du Cerema (Centre d’études et d’expertise sur les risques), un véhicule à moteur thermique qui circule en ville consomme plus et pollue donc bien plus à 30 km/h qu’à 50 km/h. Plus surprenant, à 30 kilomètres heure, il pollue autant qu’à 130 kilomètres heure… On peut légitimement se demander pourquoi les municipalités des grandes villes, à commencer par celle de Paris, généralisent les limites de vitesse à 30 km/h et à partir de quelles études d’impact et de quelles compétences des décisions de ce type sont prises…


Les grandes villes françaises, à commencer par Paris, multiplient et même généralisent les zones de limite de vitesse à 30 kilomètres à l’heure au lieu de 50 km/h. L’objectif proclamé est de réduire la pollution atmosphérique et les émissions de polluants, particules fines et autre dioxyde d’azote. Mais il y a comme un problème. Un véhicule à moteur thermique pollue bien plus à 30 km/h qu’à 50 km/h…

A 30 km/h un véhicule à moteur thermique pollue autant qu’à 130 hm/h!

C’est ce que démontre une étude récente du Cerema (Centre d’études et d’expertise sur les risques) rendue publique le 17 août et réalisée à la demande de la Direction générale des infrastructures, des transports et de la merLa France est un pays où les agences et les organismes publics travaillent avant tout les uns pour les autres… En tout cas, cette étude mesure les effets des limitations de vitesse sur la pollution automobile. Il en ressort que pour les véhicules dotés d’un moteur thermique essence ou diesel, la vitesse idéale pour limiter au maximum les émissions nocives (particules fines, Nox) est de 70 km/h. À des vitesses inférieurs ou supérieures, le véhicule consomme davantage et donc pollue davantage. L’étude montre qu’en roulant à 30 km/h, un véhicule thermique pollue environ 15% de plus qu’à 50 km/h. Et plus étonnant, à cette vitesse réduite, il pollue autant qu’à 130 km/h!

«Pour les véhicules légers comme pour les poids-lourds, les émissions sont importantes à très faible vitesse (jusqu’à 30 km/h environ), ce qui signifie que les situations de congestion du trafic routier sont très pénalisantes du point de vue de la qualité de l’air», résume le Cerema. Il s’en prend au passage à la stratégie de réduction de la place de l’automobile dans les métropoles, qui en soi n’est pas contestable, par la multiplication des entraves à la circulation et la création d’embouteillages «artificiels». Une stratégie suivie par la ville de Paris depuis plusieurs années… Cela confirme aussi ce que préconisent les spécialistes indépendants de la circulation routière sur la meilleure méthode pour réduire la pression automobile dans les villes. Il faut restreindre les accès de l’automobile à la ville et en revanche, quand les véhicules sont entrés dans la ville, rendre la circulation la plus fluide possible pour qu’ils y restent le moins longtemps. Exactement le contraire de la stratégie suivie à Paris qui consiste à laisser les véhicules pénétrer dans la capitale et à multiplier ensuite les «pincements» de trafic en espérant ainsi décourager les automobilistes.

A lire aussi: L’agenda politique caché derrière la zadisation de Paris

L’impact d’une vitesse faible sur la pollution est particulièrement explicite dans le graphique (ci-dessous) sur les émissions de CO2 publié par le Cerema. Pour atténuer un peu l’effet du graphique, des courbes prenant en compte l’hypothèse d’une conversion massive du parc automobile à l’électrique dans les prochaines décennies ont été ajoutées.

Des décisions prises au doigt mouillé qui tiennent avant tout de la communication politique

Rouler en ville à 30 kilomètres heures pollue beaucoup plus qu’à 50 km/h

En tout cas, une fois encore on découvre avec stupeur que des décisions prises par les pouvoirs publics, en l’occurrence les municipalités, au nom de grands principes, ne servent à rien et sont même contre-productives. Elles ne reposent sur aucune étude d’impact sérieuse et aucune compétence. Elles s’inscrivent avant tout dans une logique de communication politique et même dans celle de l’air du temps, c’est le cas de le dire.

Autre exemple similaire, celui des pics de pollution aux particules fines. Ils ont été…

>>> Lire la fin de l’article sur le site de la revue “Transitions & énergies” <<<


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article Les Républicains et les médias démocrates militent à présent pour une présidence Harris
Next article Ennio Flaiano, mon snobisme de l’été
Transitions et Énergies, trimestriel, est édité par la société Green Axxe Communication

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération