Une France forte, juste, confiante. Hier matin, c’était les vœux de Martine Aubry à la presse et au monde. Salle comble de journalistes guettant la petite phrase prémonitoire, ou l’inflexion de ton qui pourrait laisser croire que, ou que non. En vrai, rien entendu concernant une candidature ou pas. Juste une feuille de route, des promesses sur les promesses à venir et l’inévitable citation de l’indignation à la sauce Hessel.

Qu’allait donc la presse pouvoir se mettre sous la dent? D’autant qu’Aubry a pris ses aises, elle bavarde bien longtemps après le discours, trinque avec les journalistes, lâche quelques blagues et serre les mains sans râler.

Mais heureusement nous avons trouvé LE sujet de conversation : l’an passé on avait tous glosé sur Martine Aubry qui brillait de mille feux à la tribune puisqu’elle portait des nouvelles boucles d’oreille genre diams fantaisie et était fort bien maquillée. Cette année, elle avait quasi les mêmes boucles, et le même fond de teint. Autant dire qu’il est difficile d’en tirer des conclusions probantes sur son agenda 2012. Sauf que moi, j’ai vu un truc: elle portait des talons, et d’au moins 5 centimètres. Ça, si prouve pas qu’elle va être candidate, je me fais footballeur au PSG!

Et n’allez surtout pas me dire que ce micro changement de look n’a pas de signification politique. Après tout, comme l’a déjà expliqué ici Aimée Joubert, François Hollande, que tout le monde avait oublié, n’est redevenu crédible et présidentiable aux yeux de la presse de gauche que depuis a fait un régime…

Lire la suite