Quantcast
Home Édition Abonné Le député qui aimait un peu trop les réfugiées


Le député qui aimait un peu trop les réfugiées

Au Brésil, les propos du député Arthur do Val font scandale

Le député qui aimait un peu trop les réfugiées
Le Brésilien Arthur do Val. Capture d'écran YouTube.

Kiev sera-t-elle la nouvelle Phuket ?


L’Ukraine regorge de blé, d’orge, de gaz, de fer et de charbon, de belles centrales nucléaires, mais aussi de blondes radieuses à faire chavirer les cœurs des mâles de lointaines contrées. Arthur do Val vient d’en faire les frais.

« Quand elles ont vu mon compte Instagram plein d’abonnés, ça a super bien marché »

Il y a quelques jours, ce député conservateur de São Paulo saute dans un avion pour aller voir la guerre en Ukraine de près. « Jamais je n’aurais cru qu’un jour dans ma vie, je fabriquerais des cocktails molotov pour l’armée ukrainienne », clame-t-il le 4 mars sur son compte Twitter.

A lire aussi, Gil Mihaely: Guerre en Ukraine: se faire une idée du déroulement du conflit

On y voit le Paulista frigorifié dans son manteau et ses gants de laine noirs, encerclé de caisses emplies de bouteilles vides. Dans la foulée, l’intrépide poste deux vidéos sur sa chaîne Youtube. Sur la première, il y est en compagnie de gilets jaunes ukrainiens. Ayant la délicatesse de se placer hors du champ de la caméra, il les laisse dérouler leurs messages d’hostilité à l’encontre de Vladimir Poutine en anglais. Sur ces entrefaites, le fringant trentenaire fait encore mieux : il s’entretient durant vingt minutes avec des joueurs de foot ukrainiens fuyant les bombes. Recevoir un député du pays du ballon rond par temps de guerre, que peuvent-ils espérer de mieux ?

À la suite de ces rencontres hautes en couleur, la mission est remplie. Notre député peut donc rentrer à la maison. Mais entre deux vidéos, notre député commet quelques imprudences.

Berné par l’euphorie de sa rencontre avec l’Autre, il envoie sur son téléphone portable des messages audio sur l’application Whatsapp, à destination de ses copains d’un « groupe de foot ». « Je viens de traverser la frontière entre la Slovaquie et l’Ukraine à pied et je n’ai jamais vu autant de jolies filles. Dans la file d’attente des réfugiés, il n’y avait que des beautés. Si tu prends la file d’attente de la meilleure boîte de nuit de São Paulo, ça n’arrive pas aux chevilles de cette file de réfugiées ». Il affirme ensuite : « Elles te regardent et elles sont faciles, parce qu’elles sont pauvres. Quand elles ont vu mon compte Instagram plein d’abonnés, ça a super bien marché ». Une phrase sibylline… Arthur do Val a-t-il initié quelques réfugiées aux charmes de la bossa nova ? A-t-il fait quelques prouesses de bassin entre deux carcasses de Lada ? Nous ne le saurons pas.

Bientôt en vacances forcées ?

Il n’en reste pas moins qu’au Brésil, la fuite de ces mots doux a provoqué un tollé.

A lire aussi, notre magazine en kiosque: Causeur #99: Poutine détruit l’Ukraine et flingue la présidentielle

Marcelo Ramos, vice-président de la Chambre des députés, a dénoncé « des propos cruellement sexistes ». De son côté, la ministre des femmes, de la famille et des Droits humains a demandé l’abrogation du mandat de député de l’indélicat. Dans la foulée, six autres partis en ont fait autant. En réponse, le parti d’Arthur do Val a annoncé qu’il allait lancer, dès ce vendredi, une procédure à l’encontre de ce dernier, laquelle pourrait aboutir à la destitution. En cas de vacances forcées, Arthur do Val ira-t-il en boîte de nuit à São Paulo ou s’empressera-t-il de retourner en Ukraine ? On subodore la réponse…

Les fuites du député ont eu lieu le jour même où le ministre des relations étrangères ukrainien dénonçait des viols d’Ukrainiennes par des soldats russes. Des sénateurs brésiliens ont alors renchéri, assurant que dans les deux cas, « c’est le même machisme qui transforme les femmes en objet ». Acculé à présenter ses excuses « au Brésil et aux femmes ukrainiennes », Arthur do Val a publié une nouvelle vidéo sur YouTube. Durant huit minutes, l’homme blessé s’y défend d’avoir été sur les champs de bataille « pour y faire du tourisme sexuel » (!)

A défaut d’envoyer Arthur au goulag se purifier de ses mauvaises pensées, la Russie fera-t-elle de Kiev la nouvelle Phuket (ville thaïlandaise connue pour son tourisme sexuel) ? Voilà qui pourrait, assurément, réconcilier Vladimir Poutine avec l’Occident.


Dernière minute : pour couper court aux rumeurs le visant, Arthur do Val a publié une énième vidéo. Cette fois, il y dévoile sa « vérité sur le voyage » :


Previous article La guerre des parrainages est enfin terminée
Next article Floride: pas de leçons sur le genre pour les écoliers
Enseignant

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération