Home Culture Ladj Ly / Jeanne Balibar: Comment ils se sont disputés Montfermeil

Ladj Ly / Jeanne Balibar: Comment ils se sont disputés Montfermeil

Montfermeil mon amour

Ladj Ly / Jeanne Balibar: Comment ils se sont disputés Montfermeil
Merveilles à Montfermeil, un film de Jeanne Balibar. © Les films du Losange

Jeanne Balibar a réalisé Merveilles à Montfermeil avec l’appui logistique de Ladj Ly. Cette ode naïve à la diversité s’est fait éreinter par la critique puis doubler par Les Misérables. Récit d’une rivalité.


Dès la première scène de son film, Merveilles à Montfermeil, Jeanne Balibar annonce la couleur. La réalisatrice se filme dans le bureau du juge en train de se disputer… en arabe avec son futur-exépoux Kamel (Ramzy Bedia). Le spectateur na droit à aucun sous-titre, mais comprend néanmoins de quoi il retourne grâce aux quelques mots échangés en français : «Tu veux toujours parderrière ! Ça fait mal au cul!» Mine affolée des avocates dorigine maghrébine. Désorientation de la magistrate, qui ne comprend rien. Bienvenue à Montfermeil selon Balibar ! 

Quon se le dise : lavenir sera multiculturel et polyglotte. « On nous répète que les gens doivent apprendre le français. Moi jai renversé la tendance», explique lactrice-réalisatrice dans un entretien accordé au Parisien le 29 mai 2018. Et lartiste engagée de montrer dans son film des élus municipaux qui apprennent le romani, le soninké ou larabe pour converser avec des populationspar ailleurs francophones. Petit retour du refoulé colonial ? Justin1, Clichois qui a suivi le tournage, se souvient : «La première question que lon ma posée lorsque mes enfants ont voulu participer au casting, cétait de savoir quelle langue ils parlaient. Jai répondu quils parlaient français. Léquipe a insisté : vraiment, mes enfants ne parlaient pas wolof ou pular ? Jaurais sans doute dû les envoyer au casting en boubou, sexprimant en patois subsaharien» 

Le projet à la racine

Pour comprendre ce parti pris exotique, il faut remonter à la genèse du projet. Déjà en 2013, Jeanne Balibar veut tourner à Clichy-Montfermeil. Audelà de lalibi (multi)culturel quelle invoque Je naurais pas pu le tourner ailleurs. Jai limpression quil y a toute la France ici !»), le choix de Clichy-sous-Bois obéit à une motivation pratique: les Ateliers Médicis, dépendant du ministère de la Culture, sy sont installés à lété 2018. Imaginés dans le sillage des émeutes de 2005 pour introduire lart en banlieue, les Ateliers (dont le bâtiment a été conçu par lagence darchitecture Encore heureux, « collectif darchitectes [...] à la croisée des genres, au travers dun enthousiasme critique, [qui] imaginent des conditions et créent des situations pour habiter la complexité du monde ») peuvent faire office de base et de truchement dans ce territoire où lactrice a peu de repères. 

A lire aussi: Jeanne Balibar sur France inter: 11 minutes de rire garanti

Son scénario, qui a obtenu 450 000 euros davance sur recettes, relève davantage de la note dintention que du script abouti. Il sagit de filmer une ville dont les habitants venus des quatre coins du monde vivent, parlent et shabillent comme « au pays », cohabitent joyeusement sur fond de sieste obligatoire, dateliers relaxation et de journées kimono. 

Pour mettre au point cette utopie urbaine, Balibar a besoin dun intermédiaire et dun conseiller des banlieues. Elle choisit donc Ladj Ly (remercié au générique de Merveilles), dont lécole de cinéma Kourtraj a investi les Ateliers Médicis quelques mois après son inauguration. Un membre du tournage raconte cette collaboration très particulière: « Sur le film de Balibar, Ladj a improvisé. Pas seulement en mettant les acteurs en situation dimpro : il a vraiment pu se faire la main sur le tournage dun long-métrage. Cest même lui qui a trouvé le titre du film.» Le futur auteur des Misérables na encore que deux courts-métrages à son actif comme réalisateur solo. 

Un navet, un succès

Au passage, Ladj Ly adresse quelques clins dœil à ses copains. Par exemple, le personnage de Kamel se nomme M.Brakni – clin dœil au porte-parole du comité Adama et inlassable pourfendeur des violences policières Youcef Brakni? On peut limaginer, car ce militant est ami dun des acteurs des Misérables.

A lire aussi: “Les Misérables”: et Ladj Ly diabolisa la République

Profitant de la dynamique impulsée par la venue de Balibar à Clichy-sous-Bois, Ladj Ly décide ex abrupto de réaliser son propre film. Son deuxième courtmétrage servira de trame de départ. Grâce au projet de Balibar, figurants et logistique sont déjà rôdés. À peine achevé le tournage de Merveilles, en juillet 2018, Ladj Ly démarre celui des Misérables. Si léquipe na reçu le scénario que quelques jours plus tôt, jusquici tout va bien.

Les choses se compliquent lorsque Balibar et Ly doivent préparer la promotion de leurs films respectifs. Les Misérables, film à petit budget, déroule en amont un puissant plan com: une soixantaine davant-premières sont prévues, tandis que le réalisateur et ses amis répètent à lenvi que le film ira à Cannes et aux Oscars. Bizarrement, aucun média ne sétonne que lauteur dun film pas encore monté nourrisse de si hautes ambitions. Lauréat du prix du jury à Cannes, Les Misérables sort en salle en novembre dernier, porté par des critiques unanimement dithyrambiques. Pourtant tourné plus tôt, Merveilles ne sort quen janvier 2020, laissant penser au public que Jeanne Balibar surfe sur la vague Ladj Ly. Dailleurs, Balibar fait une brève apparition dans Les Misérables. Mais les critiques ne sy trompent pas, détestant autant le film de Balibar quils ont adulé celui de Ly. 

En pleine promotion, la réalisatrice ne cesse de croiser le chemin des Misérables. Le 5 décembre, elle commente dans So film la déclaration attribuée à Macron, « bouleversé » par le film de Ladj Ly: « Bullshit ! » Ça ne vole pas très haut et ça fait parler du film, mais Balibar nest guère payée en retour. Consacré nanar de lannée par LExpress, son film senfonce sans que ses amis bougent une oreille. Le pompon de lhumiliation est atteint le 7 janvier dernier, sur le plateau de « Clique TV », lorsque Mouloud Achour reçoit Jeanne Balibar avec Ramzy Bedia pour la sortie de Merveilles. Une fois expédié le service promo minimum, il y est surtout question des Misérables. Membre du collectif Kourtrajmé, ayant monté les marches cannoises aux côtés de son ami Ladj Ly, Achour exhibe laffiche du film et évoque à plusieurs reprises la présence de celui-ci aux Oscars. Lanimateur doit sy reprendre à plusieurs fois pour que Balibar, visiblement crispée, se joigne au chœur des thuriféraires. Aveuglée par lidéologie, la réalisatrice a oublié une évidence: dans le 93 comme ailleurs, tout le monde peut se la faire faire à lenvers. 

Mars 2020 - Causeur #77

Article extrait du Magazine Causeur


Previous article Gestes barrière: le bon sens près de chez vous
Next article Le docteur Véran donnerait-il la chloroquine à ses enfants?
Professeur de philosophie. Derniers ouvrages: "Du Mammouth au Titanic: La déséducation nationale" (2017), "Français malgré eux: racialistes, décolonialistes, indigénistes : enquête sur ceux qui veulent déconstruire la France" (2020)

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération