C’est une information peu relayée : dans quelques semaines, trois anciens membres du Parti communiste français seront jugés pour crimes de guerre, crimes contre l’humanité et crime de génocide. Leurs noms sont quasi inconnus en France : Khieu Samphan, Ieng Sary et Ieng Thirith ont pourtant exercé les plus hautes responsabilités au sein du régime des Khmers rouges de Pol Pot, régime qui a provoqué la mort directe ou indirecte de près d’un tiers de la population cambodgienne entre 1975 et 1979.

Lire la suite