Le crime et la faute de Frédérique Vidal? Elle a osé s’attaquer à l’islamo-gauchisme qui gangrène nos universités! Tous les compagnons de route de cet inquiétant courant lui tombent dessus. En Une de Libération, la malheureuse ministre est accusée d’avoir « perdu ses facultés »


Quand on voit ce qu’on voit et qu’on entend ce qu’on entend, on pense ce qu’on pense. Voyons donc. Les chaires d’études décoloniales se multiplient dans nos établissements d’enseignement supérieurs.

On y étudie le cas de l’homme blanc condamné sans appel et pour toujours pour esclavagisme, colonialisme et racisme. Les siècles ont passé mais peu importe. Le « privilège blanc » est assuré de son immortalité !

Dans ces chaires on peut passer un doctorat. Nous nous autorisons à imaginer l’intitulé de certaines thèses. Deux exemples. Comment expliquer pourquoi Sartre a dit « un Européen mort est un Européen libre » ? Il y a mieux plus près de nous. « Expliquer comment la mort d’Adama Traoré a contribué à conscientiser les populations racisées ».

Gilles Kepel réactionnaire?

Voyons encore. Pour pénétrer dans une université il faut montrer patte blanche (patte noire serait plus appropriée…). Sylviane Agacinski y est interdite parce qu’elle a émis des réserves sur la PMA et le décolonialisme. Rokhaya Diallo y est accueillie avec enthousiasme: les étudiants, blancs pour la plupart, raffolent qu’on leur dise qu’ils sont coupables des méfaits de leurs ancêtres.

Le voile de Maryam Pougetoux, responsable de l'UNEF ©STR / AFP
Maryam Pougetoux, responsable de l’UNEF © STR / AFP

Écoutons maintenant. Écoutons les appels de détresse d’un professeur de Nanterre qui a été insulté puis frappé pour avoir dénoncé le fait que des étudiants musulmans avaient transformé un local universitaire en salle de prière. Sa hiérarchie, c’est-à-dire la présidence de l’université, a refusé de le soutenir : elle ne voulait pas d’histoires. 

Écoutons aussi ce que m’a dit la fille d’une amie. Elle est étudiante à Paris Diderot. La question de l’I

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Lire la suite