Home Édition Abonné Avril 2019 Elisabeth Lévy: faut-il se voiler pour compatir avec les musulmans?


Elisabeth Lévy: faut-il se voiler pour compatir avec les musulmans?

Arborer le hijab n’est pas une marque d’empathie, mais d’effacement

Elisabeth Lévy: faut-il se voiler pour compatir avec les musulmans?
Jacinda Ardern, Premier ministre de la Nouvelle-Zélande après l'attentat de Christchurch, mars 2019. ©Vincent Thian/AP/SIPA / AP22316045_000027

Après l’attentat anti-musulmans de Christchurch, la Première ministre néo-zélandaise Jacinda Ardern a porté le voile en signe de compassion avec les musulmans. C’est oublier qu’arborer le hijab n’est pas une marque d’empathie, mais d’effacement. L’édito d’Elisabeth Lévy. 


Il fallait oser. Parmi les innombrables farces et attrapes inventées par le féminisme à la sauce islamique pour faire passer les vessies de l’oppression pour les lanternes de l’émancipation, l’appel de Néo-Zélandaises à porter un « hijab pour l’harmonie » – #headscarfforharmony –, le 22 mars, en signe de solidarité avec les victimes de Christchurch, serait la plus comique si elle n’était pas doublement tragique : d’abord, parce qu’elle concerne l’épouvantable massacre de 50 fidèles musulmans perpétré une semaine plus tôt par un suprématiste blanc, ensuite parce que cet appel à porter un signe ostentatoire d’inégalité des sexes est la manifestation la plus criante du hara-kiri que se font les sociétés ouvertes pour rester conformes à la haute idée qu’elles se font d’elles-mêmes.

« Pour expier ce qu’elle a de pire, l’Europe sacrifie ce qu’elle a de meilleur » 

Ne croyons pas que ce désir de capitulation soit l’apanage de nos lointains cousins du Pacifique. Dans nombre de nos médias où, en prime, la sentimentalité la plus niaise interdit toute possibilité de distance, on s’est extasié avec les adjectifs de circonstance sur les photos de blondinettes et autre policière voilées. Quant à la Première ministre néo-zélandaise, Jacinda Ardern, son beau visage grave, coiffé d’un foulard, est devenu une allégorie de la tolérance et on répète ici et là qu’elle incarne « ce que les citoyens de toutes les démocraties sont en droit d’attendre de leurs dirigeants » – en ce qui me concerne, je préférerais pas.

Il faut s’interroger sur la signification de ce geste par lequel des femmes prétendent montrer « leur rejet de toute forme de haine ». En réalité, arborer le hijab n’est pas une marque d’empathie, mais d’effacement, qui ne signifie pas « je vous comprends », mais « je suis vous ». En célébrant bruyamment cette merveilleuse initiative, en déplorant de mille façons qu’elle soit impensable dans une France polluée par d’affreux populistes islamophobes (évidemment responsables du crime de Christchurch, comme ils l’étaient de celui d’Utøya), le « parti de l’Autre » abat ses cartes : le multiculturalisme qu’il a en tête pour accommoder les différences ne promet même pas une aimable égalité entre cultures – tu as ta mini-jupe, j’ai ma burqa. Pour montrer qu’elle a renoncé à ses vieux démons, l’Europe doit se défaire de toute substance pour ne plus se définir que par l’ouverture. Conclusion d’Alain Finkielkraut : « Pour expier ce qu’elle a de pire, l’Europe sacrifie ce qu’elle a de meilleur » – en l’occurrence l’heureux commerce des deux sexes.

En France, le voile est devenu l’étendard de ceux qui veulent nous faire marcher sur la tête

Cinquante ans après le joyeux « Nous sommes tous des juifs allemands » de Mai 68, nous en sommes donc à proclamer « Nous sommes tous des femmes voilées ». Telle est l’implacable marche du progressisme qui n’est en l’occurrence que le prête-nom d’un relativisme qui ne voit jamais les coupables que d’un seul côté – dont vient effectivement le tueur de Christchurch. On imagine sans peine, mais avec un certain chagrin, ce que penserait Nasrin Sotoudeh du « Hijab Day » des Néo-Zélandaises, si elle avait la chance d’en être informée. Malheureusement cette avocate iranienne, connue pour défendre les femmes qui osent se dévoiler dans son pays, a appris début mars, alors qu’elle était déjà incarcérée, sa condamnation à 38 ans d’emprisonnement et 148 coups de fouet par un tribunal de Téhéran.

En France, le voile est devenu l’étendard de ceux qui veulent nous faire marcher sur la tête et nous somment de renoncer, au nom du droit sacré des individus de faire ce qui leur plaît, à la liberté des femmes. Les ouvrages de Fatiha Boudjahlat et Jeannette Bougrab[tooltips content=”Fatiha Agag-Boudjahlat, Combattre le voilement (préface d’Élisabeth Badinter) et Jeannette Bougrab, Lettre aux femmes voilées et à ceux qui les soutiennent, tous deux parus récemment aux éditions du Cerf.”]1[/tooltips] rappellent qu’il s’agit d’un piège mortel pour ce que nous appelons encore notre civilisation. Et montrent que la bataille n’est pas perdue. La loi, dira-t-on, n’interdit nullement de porter le voile dans l’espace public ou dans l’entreprise – sauf si le règlement intérieur établit une obligation de neutralité religieuse. C’est qu’il n’est pas question de loi, mais de mœurs. Ainsi quand un directeur de magasin refuse une candidate voilée pour un poste de vendeuse de frou-frou, il a peut-être juridiquement tort (encore que ce n’est pas sûr). Il n’en exprime pas moins le sentiment largement partagé que ce foulard n’est pas très français.

La “dignité” de Yassine Belattar

Dans l’affaire du voile islamique de course, la fureur d’une grande partie du public (ainsi, malheureusement, que des menaces de boycott) a fait reculer Decathlon. Très remonté contre cette « hystérisation » provoquée par les populistes, Yassine Belattar a appelé, pour le 13 avril, à un grand rassemblement « pour la dignité », qui promet d’être une « Hijab Pride ». On ne sait pas cependant si l’animateur, humoriste (enfin il paraît), ami du président et porte-parole autoproclamé de la diversité française aura le culot de s’y rendre. Le 26 mars, il a été placé en garde à vue pour avoir proféré des menaces de mort à l’encontre de Bruno Gaccio et de sa famille. Par écrit, le benêt, ce qui en dit long sur l’impunité dont il pensait jouir, campé sur l’accusation de racisme qu’il jette volontiers à la tête de ses détracteurs quand il ne les traite pas carrément de meurtriers comme il l’a fait avec Éric Zemmour. En guise d’excuse, il a souligné qu’il n’était pas passé à l’acte. On respire.

Combattre le voilement

Price: 18,00 €

15 used & new available from 15,00 €

Lettre aux femmes voilées et à ceux qui les soutiennent

Price: 18,00 €

24 used & new available from 13,51 €

Avril 2019 – Causeur #67

Article extrait du Magazine Causeur


Previous article Mais si, Thomas Sotto, le service public regarde les Français
Next article Blanche Gardin, plus gauche que de gauche?
Fondatrice et directrice de la rédaction de Causeur. Journaliste, elle est chroniqueuse sur CNews, Sud Radio... Auparavant, Elisabeth Lévy a notamment collaboré à Marianne, au Figaro Magazine, à France Culture et aux émissions de télévision de Franz-Olivier Giesbert (France 2). Elle est l’auteur de plusieurs essais, dont le dernier "Les rien-pensants" (Cerf), est sorti en 2017.

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération