Si les épitaphes étaient encore à la mode, j’informerais volontiers les visiteurs de ma sépulture que, sous cette pierre tombale, gît un lauréat du « Jeu des mille euros ». De cela, je suis beaucoup plus fier que des peaux d’ânes que l’Université eut la bonté de m’accorder ou de la distinction dont la République me fit l’honneur pour ma contribution à la qualité et au renom de la presse française. Oui, un soir du début du XXIe siècle, à Annecy, préfecture de la Haute-Savoie, avec un partenaire attribué par le hasard des sélections préalables, je dus à Chrétien Guillaume de Lamoignon de Malesherbes (1722-1794) la satisfaction de me voir attribuer les 500 euros du banco sous les acclamations de la foule. Louis Bozon était alors aux manettes et posa la question rituelle sur notre désir de remettre ce gain en jeu pour atteindre le nirvana du super-banco. Mon coéquipier étant du genre prudent (ou Auvergnat), nous nous en tînmes là, à la grande déception du public – « Super ! Super ! ». La question banco, envoyée par un auditeur ou une auditrice d’une lointaine province, était : « Comment s’appelait l’avocat de Louis XVI ? »[1. Malesherbes, qui avait été ministre de Louis XVI en même temps que son ami Turgot, écrivit au président de la Convention après que les deux premiers avocats pressentis s’étaient défilés : « J’ai été appelé deux fois au conseil de celui qui fut mon maître, dans un temps où cette fonction était ambitionnée de tout le monde : je lui dois le même service lorsque c’est une fonction que bien des gens trouvent dangereuse. »]. Par la suite, je ne manquai pas un passage du Jeu des mille euros dans les communes voisines de mon lieu de résidence. Et je constatai, à chaque fois, le succès populaire de ce jeu qui remplit les salles des fêtes des villes et des campagnes.

Bien entendu, le rendez-vous quotidien de 12h45 sur France-Inter ne saurait être manqué, car il permet de faire le compte virtuel de tout ce que vous auriez gagné si vous aviez été à la place des candidats du jour. La culture générale est-elle élitiste et discriminante ? Le savoir qui permet de faire bonne figure au « Jeu des mille euros » semble partagé par une partie non négligeable de la population, si l’on en juge par les brefs CV présentés à l’antenne par les candidats retenus.

Lire la suite