Les acteurs du mouvement étudiant sont les premières victimes de la non-sélection qui sévit dans toutes les écoles de France et dont ils veulent le maintien.


À Paris-I comme à Montpellier, à Strasbourg, à Nantes ou à Toulouse, les étudiants en colère ont voulu être à la hauteur de leurs glorieux aînés. Ils ont rejoué 68 qui rejouait déjà la Commune, la révolution d’Octobre, la Résistance. Le mouvement de 2018 est la copie d’une copie, l’imitation d’une imitation, le pastiche d’un carnaval. Mais, en 68, ceux qui voulaient liquider l’héritage étaient des héritiers. Ils avaient lu des livres, leur vocabulaire, leur syntaxe, leurs références en faisaient foi. Ceux qui ont voulu remettre 68 au goût du jour sont les produits d’une école qui, au nom de l’égalité, a supprimé les humanités. Ces « inhéritiers » ne sont pas seulement parodiques, ils sont pathétiques. Ils sont les premières victimes de la non-sélection qui sévit dans toutes les écoles de France et dont ils veulent le maintien à l’entrée de l’Université en oubliant que la sélection a été mise en œuvre par les fondateurs de l’école républicaine pour lutter contre la reproduction sociale.

« Sionisme = racisme antigoy »

« Soyez réalistes, demandez l’impossible », écrivent-ils sur leurs

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Causeur #57 - Mai 2018

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite