Emmanuel Macron à l’Hotel de Ville de Paris le 14 mai 2017 © AFP Charles Platiau

On ne sait pas encore si l’élection de Macron nous apportera une dictature au sens romain (tous les pouvoirs confiés dans l’urgence à un seul homme) ou bien une République parlementaire mettant le président à la marge. On ne sait même pas s’il faut la prochaine fois faire un vote parlementariste ou présidentialiste, puisqu’on souhaiterait un équilibre entre les deux pôles de nos institutions. Mais on peut essayer de comprendre la personnalité de notre élu, personnalité que le recours aux classiques coordonnées politiques ne permet guère de situer. Non seulement parce qu’il récuse leur pertinence actuelle mais parce que son comportement et le mouvement qu’il a suscité, qui le porte, sont d’un autre ordre.

On partira pour cela de ce que tout le monde sait et commente, mais en n’y accordant qu’une signification privée, le couple fusionnel que, depuis plus de vingt ans, le président forme avec une professeur de lettres et de théâtre dont il était l’élève quand il s’en est épris à 15 ou 16 ans. Que toute son adolescence ait été éclairée, occupée, mobilisée par cette relation est une chose extraordinaire, dont on voit, si l’on y prête attention, qu’elle continue à marquer l’homme politique. Au niveau le plus superficiel, l’influence de cette enseignante passionnée (elle devait l’être puisque c’est en enseignant qu’elle l‘a attiré) explique sans doute le caractère très classique du programme du candidat pour ce qui concerne la pédagogie. Mais une sorte d’incartade verbale pendant la campagne en a montré bien plus sur la profondeur de sa relation à son épouse.

Né d’aucune génération

Cet orateur au vocabulaire pauvre, répétitif, à qui jamais un hémistiche ne vient à la bouche, est brusquement sorti de son registre au cours de son grand discours à Bercy le 17 avril pour citer une lettre de Diderot à Sophie Vollant « qui était sa maîtresse ». Ému par sa situation d’orateur devant un public dans l’ombre, qu’il distingue à peine, Emmanuel Macron s’est identifié à Diderot, continu

Article réservé aux abonnés

85 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Juin 2017 - #47

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite