Les anciens ateliers Christofle, magnifique halle historique et culturelle propriété du groupe Madar, sont aujourd’hui un lieu de réceptions, de séminaires d’entreprises et de concerts près du stade de France à Saint-Denis. Récemment, une certaine société Bonnie Production a signé avec les propriétaires un bail de location d’une salle de 500m² pour deux ans. Mais lors de l’installation des nouveaux locataires dans les lieux, le 16 septembre, le gardien découvre, stupéfait  que le nouvel occupant s’appelle… Dieudonné M’Bala M’Bala.

L’avocate du groupe Madar dénonce alors sans attendre le contrat de location pour « vice de consentement » : le bailleur ignorait l’identité réelle du locataire et « refuse de favoriser une entreprise de spectacle qui sème la haine et entretient la division entre les membres de la communauté nationale ».

Sans compter que cette société Bonnie Production a été radiée du registre du commerce. Jeudi dernier, Dieudonné et son équipe répliquent en se rendant sur les lieux. Le propriétaire fait murer les accès dans la nuit.

Pour l’avocat de Dieudonné qui porte l’affaire en justice, il n’y a eu aucune tromperie. Il est de notoriété publique, selon lui, que Noémie Montagne (qui a signé le bail) est  la femme de Dieudonné. Ou qu’il suffisait de taper sur Internet pour le savoir…  Ah bon ? Tout le monde est censé connaître madame Montagne ?

Vice de consentement ou pas ? La justice va devoir trancher. En droit, le consentement de chaque partie à un contrat doit s’opérer librement et en connaissance de cause. S’il y a tromperie, ne serait-ce que sur un seul élément, ça s’appelle un vice de consentement.

Il y en a trois qui annulent un contrat : l’erreur, la violence et le dol. Attendons de voir lequel va plaider l’avocate du propriétaire, mais le dernier conviendrait bien à Dieudonné et sa bande. Dol, du latin dolus, signifie fourberie, tromperie.  N’est-ce pas une tromperie que de se cacher derrière le nom de sa femme  pour louer une salle au moment où il est probable qu’il va être viré de la Main d’Or ?

L ‘avocate des Ateliers Christofle, elle, ne se cache pas. Elle s’appelle Odile Cohen et reçoit depuis deux jours des averses d’insultes antisémites de la part des soutiens de Dieudonné. Jugement le 29 septembre.

Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Maya Nahum
est auteur.
Lire la suite