Quantcast
Home Édition Abonné [Enquête] Clientélisme, les politiques se voilent la face


[Enquête] Clientélisme, les politiques se voilent la face

Grande enquête chez les politiques islamopportunistes...

[Enquête] Clientélisme, les politiques se voilent la face
Les députés Jean-Luc Mélenchon et Danièle Obono, sur les bancs de l'Assemblée nationale, Paris, 22 mars 2020 © LUDOVIC MARIN-POOL/SIPA

Tous les partis sont frappés par la démagogie communautaire, même le RN, mais c’est indiscutablement à gauche que les dérives islamophiles sont les plus graves.


Municipales de 2020, stupéfaction à Vénissieux (Rhône). Yves Blein, candidat LREM à la mairie, ancien député PS, ex-patron de la très laïque Fédération Léo-Lagrange, noue entre les deux tours une alliance totalement contre nature avec la liste emmenée par un certain Yalcin Ayvali. Ce dernier était candidat aux législatives 2017 sous l’étiquette du Parti Égalité Justice, ouvertement pro-Erdogan, partisan d’un moratoire sur la laïcité… Yves Blein voulait prendre la ville aux communistes, il était prêt à s’allier à des islamistes pour y arriver. Il a finalement perdu face à la maire sortante, Michèle Picard. Quant à Yalcin Ayvali, au bout de quelques mois, il a quitté un groupe d’opposition de centre gauche avec lequel il n’avait aucune affinité réelle, pour siéger en indépendant. Fin de l’histoire.

Fait assez rare pour être souligné, Yves Blein a assumé le caractère opportuniste de son alliance. D’ordinaire, les élus ont le communautarisme discret, en particulier lorsqu’ils sont au Rassemblement national. « Stéphane Ravier est devenu maire du 7e arrondissement de Marseille en soignant l’électorat comorien des quartiers nord, explique un haut fonctionnaire des Bouches-du-Rhône. À sa décharge, c’était une posture défensive. Le PS local, à commencer par Samia Ghali, joue sans retenue la carte du vote maghrébin. Ravier en a tiré les conséquences. Il a exploité dans sa circonscription le ressentiment que se vouent les Maghrébins et les Comoriens. »

A lire aussi: Quand M’hammed Henniche faisait la pluie et le beau temps en Seine-Saint-Denis

Idem à Perpignan. Le RN a conquis en 2020 sa première ville de plus de 100 000 habitants sur fond de vote communautaire quasiment institutionnalisé. La Fondation Jean-Jaurès a procédé à un examen minutieux des votes à Perpignan, bureau par bureau, dans une étude publiée en 2014[1]. Les Gitans, facilement identifiables sur les listes électorales par leurs noms de famille, se mobilisent peu pour la présidentielle ou les législatives (sans parler des européennes), mais beaucoup pour les municipales. Pragmatiques, ils ont la réputation de voter pour le mieux-disant en termes de promesses de logements et d’emplois. En 2020, le quartier gitan Saint-Jacques a voté Louis Aliot. Cela n’a pas été le seul déterminant de la victoire du candidat RN. De l’avis même de ses opposants, il a fait une bonne campagne et il a rassuré l’électorat modéré. Néanmoins, dans un contexte de faible participation (52,7 % d’abstention), quelques centaines de voix gitanes ont compté.

M’hammed Henniche

D’une manière générale, il est rare de trouver des communes où le vote communautaire est assez massif pour garantir la victoire. Les musulmans, puisqu’il s’agit d’eux dans la majorité écrasante des cas, ne votent pas forcément beaucoup (34 % de participation seulement au premier tour des municipales de Trappes en 2020). Par ailleurs, ils ne votent pas forcément non plus comme un seul homme. En résumé, dans la plupart des cas, ils constituent plutôt une force d’appoint. Ou plus exactement, des « entrepreneurs identitaires » les présentent ainsi, en s’arrogeant une représentativité et un pouvoir de mobilisation difficilement vérifiable. Longtemps dirigeants de l’Union des associations musulmanes de Seine-Saint-Denis (UAM), M’hammed Henniche et Hassen Farsadou étaient passés maîtres dans l’art de jouer les faiseurs de rois. Farsadou se vantait de faire et défaire les maires d’Aulnay-sous-Bois. À l’écouter, le PS Gérard Ségura et l’UMP-LR Bruno Beschizza auraient été élus grâce à lui, respectivement en 2008 et 2014. Difficile à vérifier. En revanche, il ne fait aucun doute que les municipales de 2008 ont été favorables à la gauche sur l’ensemble du territoire, et celles de 2014, très favorables à la droite. L’alternance à Aulnay s’inscrivait dans une tendance nationale, peut-être amplifiée par le soutien du leader communautaire.

Qui manipule qui ?

La ville de Denain, dans le Nord, offre une illustration plus convaincante de l’efficacité réelle du clientélisme. En 2020, la maire PS Anne-Lise Dufour-Tonini a été réélue dès le premier tour. Elle bénéficiait du soutien appuyé du clan Iquioussen, emmené par l’iman frériste Hassan Iquioussen, installé dans le secteur. Son fils Soufiane, qui travaillait pour le centre communal d’action sociale de Denain, a fait campagne activement pour Anne-Lise Dufour-Tonini. Un indice suggère qu’il a été efficace. Entre 2014 et 2020, le nombre d’inscrits sur les listes électorales à Denain a augmenté de 668 électeurs, alors que dans le même temps, la population de la ville diminuait à peu près dans des proportions identiques, passant de 20 500 à 19 900 habitants. Moins d’habitants et plus d’électeurs, c’est inhabituel… Soufiane Iquioussen et ses amis seraient allés chercher les non-inscrits un par un, selon différents observateurs locaux. En échange, Soufiane se voyait déjà directeur de cabinet, avec comme premier adjoint à la mairie son fidèle ami Youssouf Feddal.

A lire aussi: Céline Pina: Aux municipales, le clientélisme paie!

C’est à ce stade que l’histoire devient particulièrement savoureuse : en définitive, les deux jeunes gens n’ont rien obtenu. Après les élections, la maire les a écartés sans ménagement. Soufiane a quitté le centre communal d’action sociale, plus ou moins de son plein gré, et Youssouf s’est vu retirer sa délégation, en octobre 2021. Qui a instrumentalisé l’autre, en définitive ? Hassan Iquioussen, dans la droite ligne des Frères musulmans, a théorisé dans un prêche disponible en ligne[2] la nécessité de s’engager dans des partis, peu importe lesquels, pour faire triompher l’islam. Il a peut-être sous-estimé le niveau des élus de notre vieille République. Les islamistes qui tentent de monnayer leur influence réelle ou présumée descendent dans une arène où les promesses non tenues, les retournements d’alliance et les doubles discours sont la règle.

En matière de double discours, le député de l’Ain et président du groupe LR à l’Assemblée, Damien Abad, est un cas d’école. À l’échelle nationale, il ne manque jamais une occasion de tonner contre l’islamisme. « Assez de renoncement, assez de résignation et de capitulations coupables ! lançait-il à Jean Castex dans l’hémicycle, juste après la mort de Samuel Paty. La République coupable, c’est la République qui abdique et qui, au final, laisse passer les islamistes. » À l’échelon local, c’est différent, en particulier vis-à-vis de Millî Görüs. Le mouvement turc ne décapite pas les enseignants. Il est pacifique, mais il est aussi porteur d’une vision très conservatrice de l’islam, ce qui ne semble pas du tout gêner Damien Abad dans sa circonscription. Le député fait partie de ceux qui préfèrent « calmer le jeu » lorsque Millî Görüs est attaquée, écrivait La Voix de l’Ain dans un article du 18 mars 2021. L’hebdomadaire régional pointait les inquiétudes suscitées par la montée en puissance de l’organisation dans le département, où vit une importante communauté turque. Électoraliste, Damien Abad ? Sans aucun doute. Aucun élu n’a vocation à insulter ses électeurs. Reste à savoir si le député est sincère lorsqu’il dénonce l’islamisme en général ou minore celui de Millî Görüs en particulier.

L’énigme Mélenchon

La question de la sincérité se pose avec une acuité toute particulière pour Jean-Luc Mélenchon. Quelles sont ses convictions profondes ? Franc-maçon et laïc revendiqué jusqu’en 2017, on le retrouve deux ans plus tard, le 11 novembre 2019, à la marche « Stop à l’islamophobie », organisée, entre autres, par le Collectif contre l’islamophobie en France, qui sera dissous par le ministère de l’Intérieur pour propagande islamiste. Le député des Bouches-du-Rhône se trouve mêlé ce jour-là à des participants qui scandent « Allahou akbar ». Lors d’un débat en ligne le 29 novembre 2021 sur le réseau social Twitch, le leader de la France insoumise a été qualifié de « butin de guerre » par Houria Bouteldja, militante du Parti des indigènes de la République (PIR). « Laïcard de dingue » il y a quelques années, Jean-Luc Mélenchon fait désormais figure, selon elle, d’allié de l’islam politique. Ce n’est pas un mystère, La France insoumise cultive les voix des cités, elle drague les « quartiers » depuis 2017. Éric Coquerel et Danièle Obono ont persuadé leur chef que les 600 000 voix qui lui ont manqué pour atteindre le second tour de la dernière présidentielle se trouvent dans des bureaux de vote à majorité ou à forte minorité musulmane.

Valérie Pécresse et Damien Abad aux journées parlementaires des Républicains à Nîmes, 9 septembre 2021 © Pascal GUYOT / AFP

Trouver les mots pour leur parler reste néanmoins un exercice délicat, car le risque est grand de perdre chez les laïcs les voix que l’on gagne chez les croyants. Au sein de LFI, la surenchère islamophile n’a jamais fait consensus. Très proche de Jean-Luc Mélenchon, Sophia Chikirou « ne peut pas saquer » les indigénistes, explique un cadre LFI. Conseiller de Jean-Luc Mélenchon pour les questions internationales, Georges Kuzmanovic a pris ses distances avec le parti en 2018 pour divergence de vues sur les questions européennes et sur le communautarisme. À l’échelon local, des militants ont également renâclé. À Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne), les Insoumis étaient plutôt du côté de la probité républicaine, face au maire PCF Philippe Bouyssou, prêt à d’étranges alliances pour garder sa commune. Son adjoint au commerce et à l’économie se nomme Atef Rhouma. Tête de file du groupuscule Convergence citoyenne ivryenne (CCI), ce dernier est l’auteur d’une intervention d’anthologie en conseil municipal, cinq jours après les attentats du 13 novembre 2015. Il avait déclaré que « Daech nattaque pas nos valeurs, notre culture ou notre goût de la fête », mais « attaque la France parce que la France lattaque et participe à la mort de centaines de milliers de civils ». Philippe Bouyssou ne lui a jamais retiré sa confiance, considérant que Rhouma est un bon relais chez les électeurs musulmans.

EELV, prochain maillon faible?

Même schéma à Roubaix, où la section locale des Insoumis a fait exploser une union laborieusement négociée avec EELV pour les départementales de 2020. Motif, Ali Rahni, le candidat unique choisi par les Verts était, à leurs yeux, trop amical avec des islamistes. Il ne cachait pas son admiration pour Tariq Ramadan, qu’il avait d’ailleurs invité dans une radio associative locale, où il était animateur bénévole.

Fatima Ouassak et Eric Piolle devant le local de Verdragon, Bagnolet, 5 septembre 2021 © Isa Harsin/SIPA

Le clientélisme de LFI est souvent moqué, mais il n’est pas du tout impossible que ce soit EELV qui devienne dans les mois ou les années qui viennent le courtisan le plus assidu du vote musulman. Fait révélateur, fin février, le maire de Grenoble, Éric Piolle, s’est déclaré en faveur des Hijabeuses. Il est pourtant mieux placé que personne pour savoir qu’elles sont groupusculaires, animées par des arrière-pensées de propagande. Le collectif à l’origine de l’opération hijab dans le foot se nomme Alliance citoyenne. Il était déjà derrière les opérations burkini dans les piscines grenobloises en 2019 et 2021. Pendant deux ans, Éric Piolle a décliné leur demande de modification du règlement des piscines municipales. La masse des électeurs ne semble pas lui en avoir tenu rigueur. Il a été confortablement réélu en 2020.

A lire aussi : Municipales: halte au clientélisme!

Burkini ou hijab, dans les deux cas, la demande spontanée est très faible. Des dizaines de milliers de musulmanes se baignent et font du sport en tenue standard chaque jour en France. Le problème qui se pose aux élus de gauche et d’extrême gauche est que des sujets objectivement dérisoires comme le burkini sont devenus des marqueurs idéologiques dans la sphère militante. Ils en sont arrivés à un stade où le clientélisme ne vise plus à séduire des électeurs, mais des associations qui les aideront, espèrent-ils, à séduire les électeurs ! C’est sans doute ainsi qu’il faut comprendre le soutien très appuyé de Sandrine Rousseau à la fondatrice du Front des mères. « Je veux que Fatima Ouassak soit à l’Assemblée », déclarait en novembre 2021 la présidente du conseil politique du candidat écologiste Yannick Jadot. L’association autoproclamée de défense des parents d’élèves « racisés » de Fatima Ouassak n’a jamais réussi la moindre mobilisation de masse mais localement, à Bagnolet ou à Rennes, le soutien du Front des mères peut peser. Sur fond d’abstention croissante et d’érosion de la base électorale, le moindre réservoir de voix compte pour prendre le dessus à gauche, ce qui ouvre un boulevard au clientélisme.


[1] « Perpignan, une ville avant le Front national », 2014.

[2] « L’islam et la politique », janvier 2014, sur YouTube.

Mars 2022 - Causeur #99

Article extrait du Magazine Causeur