« Communautés : le lobby catho sur tous les fronts » : c’est en ces termes que L’Opinion évoquait, le 28 juillet 2014, la mobilisation des catholiques français pour leurs frères d’Irak après la chute de Mossoul. Les « cathos » venaient d’échanger les polos de La Manif pour tous, pour le « NOUN » – symbole marquant les chrétiens d’Orient – afin d’affirmer leur solidarité avec leurs frères persécutés par Daesh.

Longtemps cantonnée aux parvis des Églises, silencieuse et dispersée, la « communauté » chrétienne retrouvait le goût d’être ensemble. Coincés entre l’ère du vide et l’islamisation de la France, les cathos pourraient céder à la tentation du communautarisme. Ils ont toujours en travers de la gorge le mépris dont on les a accablés pendant la séquence Mariage pour tous. On les a traités d’homophobes ? Qu’à cela ne tienne, ils comptent bien, à leur tour, enfermer leurs adversaires dans « la cage aux phobes » inventée par Philippe Muray. Ainsi, dans un rapport mimétique évident avec leurs compatriotes musulmans, ils découvrent les délices de la « christianophobie ». Le Collectif contre l’islamophobie en France est né en 2003, lors du débat sur la loi interdisant le voile à l’école, l’Observatoire de la christianophobie, créé en 2010, a pris son essor à l’occasion de La Manif pour tous contre la loi Taubira. Quand on a perdu les avantages de l’hégémonie, reste à gagner les privilèges de la victime. De même que le prolétariat devait acquérir une « conscience de classe » pour accéder à la Révolution, les catholiques français se découvrent une conscience de communauté qui leur permettra, espèrent-ils, de peser dans le jeu de la concurrence victimaire.

*Photo : LANCELOT FREDERIC/SIPA. 00627941_000020.

Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Lire la suite