(Avec AFP) – Le ministre nord-coréen de la Défense, Hyon Yong-Chol, a été exécuté pour déloyauté et manque de respect envers le dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un, ont annoncé mercredi les services secrets sud-coréens.

Des centaines de responsables du régime de Pyongyang ont assisté à l’exécution de ce ministre, a indiqué à Séoul Han Ki-Beom, directeur adjoint des services de renseignement nationaux (NIS) devant une commission parlementaire, selon l’agence de presse sud-coréenne Yonhap.

Selon Yonhap, il était reproché à M. Hyon, qui avait été nommé ministre des Forces armées il y a moins d’un an, de s’être assoupi durant des célébrations militaires et d’avoir répondu à Kim Jong-Un à plusieurs reprises.

M. Han a précisé à la commission parlementaire que Hyon Yong-Chol avait été tué au moyen d’un tir de canon anti-aérien, aux alentours du 30 avril, dans une académie militaire du nord de Pyongyang.

La presse, en particulier les médias sud-coréens, a expliqué par le passé, sans que cela puisse être confirmé, que cette méthode d’exécution destinée à frapper les esprits était réservée aux personnalités de haut rang dont le pouvoir veut faire un exemple.

Si ce genre de méthode – aussi spectaculaire qu’expéditive – est régulièrement employée au pays de Kim Jong-Un, la France aurait tout intérêt à s’y intéresser. Voilà qui créerait un nouveau débouché juteux pour nos industriels de l’armement, dont les produits font déjà le bonheur de nombreux émirs et autres illustres démocrates ailleurs dans le monde…

Corée du Nord exécution ministre missile

*Photo : © AFP ED JONES

Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Lire la suite