Home Édition Abonné Avril 2021 Campagnes: le bruit et l’odeur


Campagnes: le bruit et l’odeur

La campagne, ça vous gagne... ou pas

Campagnes: le bruit et l’odeur
© D.R.

Face à l’intolérance des citadins exilés à la campagne, l’Assemblée nationale a enfin légiféré…


Les cloches continueront de sonner dans nos campagnes. Le 29 janvier, la loi de « protection du patrimoine sensoriel des campagnes » a été adoptée en première lecture par l’Assemblée nationale. « La campagne ça se mérite », glissait déjà fin 2019 le député de la Lozère, Pierre Morel-À-L’Huissier, initiateur de la législation. Dans un pays qui croule sous les textes juridiques, pourquoi en pondre un nouveau ?

À l’été 2018, un couple de Parisiens en villégiature aux Bondons (Lozère) se plaignit au maire des cloches de l’église qui perturbaient leurs grasses matinées. Sans succès. Quelques semaines plus tard, dans le Var, au Beausset, des touristes demandèrent au maire Georges Ferrero d’asperger de l’insecticide sur des cigales au motif qu’elles chantaient trop fort à l’heure de l’apéro. Sans succès également. Un an plus tard en revanche, en Savoie, le célèbre coq Maurice fut prié par des juges de fermer son clapet au motif de « nuisances sonores excessives » et son propriétaire fut condamné à verser 3 000 euros de dommages et intérêts. En janvier 2020, la cour d’appel de Colmar donna tort aux propriétaires de Sésame, un cheval adopté par des viticulteurs à Orschwihr (Alsace). Arguant que les crottins de la bête attiraient les mouches et dégageaient des odeurs, les plaignants obtinrent de la justice que Sésame ne gambade pas à moins de 15 mètres de leur gîte et que les viticulteurs ramassent ses crottes. La nouvelle loi « modifie un peu le Code de l’environnement pour intégrer le son et l’odeur », explique Pierre Morel-À-L’Huissier. « Les inventaires menés contribuent à connaître et faire connaître la richesse des patrimoines […] et les activités, pratiques et savoir-faire agricoles », précise le texte.

Les citadins à l’assaut de nos campagnes devront désormais se frotter aux tracteurs et aux odeurs.

Face à une telle leçon d’intégration, on a envie de pousser un grand cocorico.

Avril 2021 – Causeur #89

Article extrait du Magazine Causeur


Previous article Le vote introuvable des cités
Next article Qui est Alain Ternational?
Enseignant

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération