Longtemps occulté à cause de ses options politiques, le peintre et écrivain Wyndham Lewis (1882-1957) est à l’honneur cet hiver. Le musée militaire de Manchester consacre une rétrospective à ce vétéran de la Grande Guerre tandis que Pierre-Guillaume de Roux réédite son grand roman Tarr.


Les Anglais profanent tout. Quel autre peuple oserait consacrer une exposition à un artiste maudit au beau milieu d’un musée militaire ? Les fanatiques du peintre et écrivain Wyndham Lewis (1882-1957) en avaient rêvé, l’Imperial War Museum de Manchester l’a fait.

Avant-gardiste fâché avec les avant-gardes, belliciste devenu pacifiste entre les deux guerres, tour à tour admirateur et pourfendeur d’Hitler, peintre abstrait puis critique radical de l’abstraction, Lewis accumula une somme de paradoxes que l’on aurait tort de résumer à sa période fascisante.

Dès l’origine, ce fils d’un vétéran de la guerre de Sécession a forgé sa propre légende en s’inventant une naissance au large du Canada sur le yacht paternel. Rapatrié à Londres avec sa mère british bientôt abandonnée par son volage de mari, le jeune Wyndham, surdoué du dessin, connaît des années difficiles dans des faubourgs dickensiens. Influencé par Matisse, Picasso et les futuristes, contre lesquels il se retournera, le peintre intègre le groupe de Bloomsbury dont Virginia Woolf est la papesse. Dès juin 1914, à la veille de la déflagration mondiale, Lewis publie le manifeste vorticiste, futur livre de chevet de David Bowie. Dans Blast, sa revue à l’inimitable couverture rose vif, Lewis et ses petits camarades assoiffés de guerre démolissent Marinetti dont « l’automobilisme », le culte naïf de la vitesse et du progrès technique, les navre. Vorticiste : un terme né dans le cortex de son ami poète Ezra Pound, bientôt abîmé par ses choix politiques.

À raison, l

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Décembre 2017 - #52

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite