Longtemps occulté à cause de ses options politiques, le peintre et écrivain Wyndham Lewis (1882-1957) est à l’honneur cet hiver. Le musée militaire de Manchester consacre une rétrospective à ce vétéran de la Grande Guerre tandis que Pierre-Guillaume de Roux réédite son grand roman Tarr.


Les Anglais profanent tout. Quel autre peuple oserait consacrer une exposition à un artiste maudit au beau milieu d’un musée militaire ? Les fanatiques du peintre et écrivain Wyndham Lewis (1882-1957) en avaient rêvé, l’Imperial War Museum de Manchester l’a fait.

Avant-gardiste fâché avec les avant-gardes, belliciste devenu pacifiste entre les deux guerres, tour à tour admirateur et pourfend

Article réservé aux abonnés

85 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Décembre 2017 - #52

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite