Quantcast


Le retour des moscoutaires

Le retour des moscoutaires
Vladimir Poutine en visite au Protaton, l'église grecque orthodoxe de Karyès, le 28 mai dernier. (Sipa: SIPA_ap21902113_000005)
Vladimir Poutine en visite au Protaton, l'église grecque orthodoxe de Karyès, le 28 mai dernier. (Photo : SIPA_ap21902113_000005)

Qu’ont en commun François Fillon, Jean-Luc Mélenchon, Nadine Morano et Jean-Pierre Chevènement ? Pas grand-chose, sauf l’admiration qu’ils portent à Vladimir Poutine. Chapeau l’artiste : non content d’être devenu la vedette du théâtre stratégique international, dont on se demande tous les mois quel sera le prochain tour, Poutine est applaudi à gauche (un peu) et à droite (surtout). Nicolas Sarkozy a bien senti le vent : depuis 2015, il justifie l’annexion de la Crimée – au motif que ses habitants auraient librement choisi leur sort – et adopte le tropisme moscovite d’une grande partie de ses électeurs potentiels.

Cette vision de Poutine résulte d’une convergence exceptionnelle : admiration pour le « défenseur des valeurs chrétiennes », qui a surfé sur la vague de l’opposition au « mariage pour tous » ; respect pour un pouvoir fort et viril, antithèse à la fois de François Hollande et de Barack Obama ; applaudissements saluant la maestria diplomatique de Moscou au Moyen-Orient, qui contraste avec la pusillanimité de Washington ; vision romantique de la relation franco-russe, qui a toujours existé chez les gaullistes, mais qui séduit aussi par son anti-américanisme ; fierté de quelques vieux communistes pour le révisionnisme historique aujourd’hui à l’œuvre au Kremlin…

Que les extrêmes communient dans cette « panthéonisation », cela n’a rien de très surprenant. Mais qu’une large frange des Républicains y participe, c’est plus ennuyeux, car cela révèle un aveuglement sur la nature du pouvoir russe actuel.[access capability=”lire_inedits”]

La défense des « valeurs traditionnelles » par le Kremlin est, au mieux, un malentendu. Il est vrai qu’elle est entretenue par une propagande habile : moderne, affûtée, non dénuée de sens de l’humour. Avec un investissement considérable dans les réseaux sociaux et les blogs, et l’entretien d’une cohorte de propagandistes rémunérés pour répandre la bonne parole dans les médias, sans compter les idiots utiles.

Mais un régime dont les principaux ressorts sont la corruption, la manipulation, la répression et l’élimination physique des opposants incarne-t-il dignement les « valeurs conservatrices » ? La répression de la différence sexuelle relève-t-elle des leçons de l’Évangile ? La criminalisation du « blasphème » mérite-t-elle les applaudissements des catholiques ? L’intimidation des Églises non affiliées au patriarcat est-elle une preuve d’amour de son prochain ? La relation de co-dépendance qu’entretient Moscou avec la satrapie néo-wahhabite de Tchétchénie, dont les hommes de main sont les exécuteurs des basses œuvres du Kremlin, est-elle d’essence chrétienne ? Le bombardement délibéré d’hôpitaux en Syrie est-il un témoignage de charité ? Quant à la « défense des chrétiens d’Orient », dont Poutine est crédité à travers son soutien à Damas, elle relève d’un mythe : Bachar el-Assad n’a aucune sympathie particulière pour les chrétiens, qui ont tout autant souffert de son régime que les autres et ne sont qu’un pion dans sa stratégie.

Le pouvoir fort admiré par les thuriféraires de Moscou ? Une clique cynique et affairiste composée d’anciens des services de sécurité dans le premier cercle, et de potentats mafieux dans le second. Une caste dirigeante qui a, depuis 2012, achevé sa mue autoritaire entamée en 1999 au prix d’une série de coups tordus, et réalisé une habile synthèse de néo-tsarisme et de néo-stalinisme. Avec la bénédiction d’une grande partie de sa propre population, dont la capacité à exercer librement ses choix démocratiques est, il est vrai, aujourd’hui sujette à caution.

Mais pourquoi pas, après tout, si les arguments diplomatiques et stratégiques en faveur de bonnes relations avec la Russie de Poutine étaient sans appel. Or le bât blesse tout autant sur ce terrain.

Aveuglement général

Écouter les arguments de la Russie au motif que c’est une « grande civilisation » ? L’Iran a beau être une « civilisation bimillénaire » et la Grèce « le berceau de l’Occident », cela n’éteint pas la critique des mollahs révolutionnaires ou des gauchistes impécunieux.

Faire preuve de réalisme parce que c’est un « grand pays européen » ? Mis à part que les Russes eux-mêmes se posent la question de leur identité depuis quatre siècles, la réponse qui est donnée aujourd’hui à Moscou est plutôt négative, tant le pouvoir a décidé de jouer la carte « eurasienne ».

Accepter que le Kremlin fasse des pays limitrophes une « sphère d’influence » ? Ce serait bénir une logique impérialiste et se moquer de l’autodétermination des peuples. Et si la Crimée avait « toujours été russe », pourquoi ne pas « rendre » Kaliningrad (Königsberg) à l’Allemagne ?

Suivre la politique de Poutine en Syrie ? Ce serait oublier que la priorité de Moscou n’est pas la lutte contre l’État islamique, mais la disparition de toute alternative au régime, quitte à désespérer la majorité des sunnites de la région (et à en jeter une bonne partie dans les bras de Daesh).

« Quand vous trouvez un accord avec la Russie, elle le respecte », prétendait François Fillon début avril. Que Moscou ait foulé aux pieds tous les traités sur la sécurité européenne signés depuis 1975 et tous les textes régissant sa relation avec l’Ukraine indépendante depuis 1994 ne semble pas troubler l’ancien Premier ministre.

Tant pis pour le point Godwin : l’admiration pour Poutine rappelle décidément, à droite, l’attitude d’une partie de la bourgeoisie européenne entre 1933 et 1939.

La posture diplomatique recommandée par certains néogaullistes relève ainsi de l’imposture politique. La nostalgie pour « l’Europe de l’Atlantique à l’Oural » concerne la reconstruction à posteriori : derrière une rhétorique habile, des gestes à portée symbolique forte et une certaine admiration pour la culture russe, le général ne s’est jamais fourvoyé dans une fausse équivalence entre Washington et Moscou. À Valdaï en 2013, Fillon souhaitait devant son « cher Vladimir » que la France retrouve « son indépendance, sa liberté de jugement et d’action. » Cette accusation implicite d’un alignement sur Washington suscite l’étonnement lorsqu’elle est proférée par ceux qui ont décidé le retour dans l’organisation militaire de l’OTAN en 2009, mais passons. Elle est surtout curieusement décalée : à l’Élysée et au Quai d’Orsay, la Maison-Blanche suscite aujourd’hui l’horripilation plus que l’admiration, et, à tort ou à raison, on y cherche bien davantage à contrer ou à entraîner les Américains qu’à les suivre aveuglément.

« Parler avec la Russie » ? Bien sûr ! Comme avec nombre de régimes peu démocratiques. Et d’ailleurs, on le fait tous les jours, cela s’appelle la diplomatie. Mais « tendre la main » à Moscou ? Cela relève de l’illusion tant le pouvoir russe raisonne aujourd’hui en termes de jeu à somme nulle, et sur le mode « ce qui est à moi est à moi, ce qui est à toi est négociable. » « Tenir compte des intérêts de Moscou » ? Pas au détriment des nôtres.

Comme souvent, les Français sont plus lucides que leurs dirigeants et leurs intellectuels. Si l’on en croit une enquête menée en 2015 dans huit pays occidentaux, ils sont les plus nombreux (30 %) à avoir une image positive de la Russie, mais les moins nombreux (15 %) à faire confiance à Vladimir Poutine[1. Enquête du Pew Research Center publiée le 10 juin 2015.]. C’est une bonne réponse aux poutinolâtres qui reprochent à leurs adversaires une supposée « russophobie ».[/access]

Juin 2016 - #36

Article extrait du Magazine Causeur


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article Pour la liberté de manifester
Next article Orlando: Eric Fassin fait de l’islamisme un tabou
Directeur adjoint de la Fondation pour la recherche stratégique. Publications : "Le choc démographique" Odile Jacob, 2020 "La Revanche de l'Histoire. Comment le passé change le monde", Odile Jacob, 2017.

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération