Dix mois après l’hystérie laïciste qui avait suivi les attentats de janvier 2015, voilà que l’Association des maires de France nous remet le couvert. 

C’est donc reparti pour un tour ! Son Vade-mecum [1. Un vade-mecum qui préconise notamment la suppression des menus de substitution dans les cantines scolaires et l’interdiction des crèches de Noël dans les lieux publics, ce qui suscite, à travers le pays, un vent de protestation.] à l’usage des élus locaux vaut le détour. « Il nous est apparu essentiel de réaffirmer avec force les contours et la substance de cette valeur, véritable fondement de notre République » écrivent François Baroin et André Laignel. Fort bien, mais encore ?

L’Etat a-t-il besoin d’une philosophie officielle ?

La réponse nous est fournie à la page suivante où il est écrit : « La laïcité, depuis plus d’un siècle, revêt un double sens. C’est un mode d’organisation juridique et politique de la société, issu de la loi de 1905 qui acte la séparation des églises et de l’État. Mais c’est aussi une approche philosophique du vivre ensemble, que l’on peut qualifier d’humaniste parce qu’elle ne se réfère à aucun dogme religieux, ni à aucune vérité « révélée », et qu’elle n’est soumise à aucun appareil religieux. » 

Autant il est possible de souscrire à la référence concernant la loi de 1905, autant il me semble délicat de prétendre imposer aux citoyens de ce pays une philosophie officielle, fut-elle humaniste. Car, l’expérience le montre, on passe vite, alors, d’une philosophie libre de toute sujétion à l’égard des dogmes religieux, à une philosophie qui prétend les nier ou, tout du moins, interdire aux citoyens de s’y référer ouvertement et collectivement dans le débat public. C’est là la porte ouverte à un athéisme d’Etat dont on n’a pas gardé, du XXe siècle, le souvenir qu’il ait réellement servi le vivre ensemble.

Les citoyens de ce pays sont nombreux à contester cette vision, héritée des Lumières, selon laquelle il n’y aurait légitimement place pour aucun « corps intermédiaire » entre l’individu et l’Etat. Où le libéralisme, souvent inhumain dans ses effets, se prévaudrait d’une forme d’humanisme à vocation universaliste. Au nom des valeurs mêmes de la République.

Comment a-t-on pu, en janvier 2015, nous donner pour modèle un magazine satirique se définissant lui-même comme « journal irresponsable » ? L’irresponsabilité, sous couvert de liberté d’expression, serait-elle devenue une valeur à enseigner dans les écoles de la République ? C’est en s’appuyant sur cette idéologie promue philosophie qu’on a vu de grandes signatures de la presse exiger du Parlement l’inscription dans la loi d’un prétendu droit au blasphème, alors même que le blasphème n’est susceptible d’aucune poursuite. Autoriser formellement ce qui n’est pas interdit et procède simplement de notre liberté serait-il devenu une valeur de la République ? Est-ce la délivrance d’une pièce officielle d’identité qui seule nous autorisera demain à dire « je suis » dans l’espace public ?

Pray for Luc Le Vaillant

Dans les colonnes de Libération, quelques jours après le vendredi sanglant qui a endeuillé la capitale, Luc le Vaillant dénonçait le hashtag venu des Etats-Unis « prayforparis » qui a envahi les réseaux sociaux et qui lui « colle des boutons, d’autant qu’il est repris par le monde entier ». Preuve que le monde entier se moque comme d’une guigne de cette prétention française à l’universalité d’une laïcité qui, de l’Etat voudrait envahir la totalité du champ social. Il n’appartient pas plus à Luc le Vaillant de nous interdire de prier publiquement pour Paris que pour le salut de son âme. Cela ressort de notre seule liberté d’expression.

Le Grand Orient de France comme « personne ressource »

Comme pour nous rassurer, les auteurs du Vade Mecum nous précisent en introduction que ce document ne constitue qu’une première étape dans une démarche de reconquête de la laïcité qui devra, notamment, se pencher sur la question du concordat toujours en vigueur en Alsace Moselle. Si elle manque d’inspiration, l’AMF pourra toujours s’inspirer du récent document publié par le Grand Orient de France dont François Baroin devrait pouvoir retrouver l’adresse, sans difficulté, dans ses papiers de famille[2. « Vingt-cinq propositions pour une république laïque au XXIe siècle ». 9 décembre 2014.].

Entre autres joyeusetés, le GOF propose, par exemple, à l’article 14 de « mettre un terme au financement public des activités consistant en l’exercice d’un culte, même présentées comme culturelles ». Le 20 septembre dernier avait lieu l’inauguration officielle de la nouvelle cathédrale de Créteil (Val-de-Marne). Etaient présents, outre le ministre de l’intérieur, Bernard Cazeneuve et le Président de l’Assemblée nationale, Claude Bartolone, tous deux membres du parti socialiste, le député-maire également socialiste de Créteil, Laurent Cathala et le président communiste du Conseil départemental, Christian Favier. L’un et l’autre on redit pourquoi la ville de Créteil et le département du Val-de-Marne avaient contribué au financement de l’espace culturel de la nouvelle cathédrale (galerie d’exposition, auditorium et salle de conférence) dans le respect scrupuleux de la laïcité et des lois de la République.

Le 7 octobre, j’animais dans la nef de cette même cathédrale, autour de l’encyclique du pape François sur l’écologie, Laudato si’, un débat public auquel participaient notamment la maire-adjointe MoDem du Plessis-Trévise, Sabine Patoux, et le maire communiste de Champigny, Dominique Adenot. Faut-il voir dans cette manifestation, comme le suggère l’article 14 du document pré-cité « une activité consistant en l’exercice d’un culte, même présentée comme culturelle » ? Qui, dans la vie réelle, sert le mieux la laïcité et le vivre ensemble : les élus du Val-de-Marne ou les frères de la rue Cadet ?

On connaît l’expression attribuée à André Malraux selon laquelle « le XXIe siècle sera religieux ou ne sera pas ». L’Association des maires de France a décrété que le XXIe siècle ne serait pas. A cette imbécilité prétentieuse nous pouvons opposer que le XXIe siècle sera, qu’il sera entre autres religieux comme le furent les précédents, et que l’AMF devra bien s’y faire.

*Photo : Wikipedia.

Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Journaliste, ancien directeur de la rédaction de Pèlerin. Il anime le blog Cath'lib.