Causeur. Vous annoncez que les trisomiques seront « les premières victimes du transhumanisme » à cause des progrès de l’eugénisme. En réalité, ils pourraient aussi être les premiers bénéficiaires des avancées dans le domaine des sciences du cerveau …

Jean-Marie Le Méné1. Ils profiteraient alors des progrès de la médecine et de la science, pas du transhumanisme qui suppose un refus de la Nature. Le transhumanisme a commencé avec la procréation médicalement assistée (PMA), qui passe par le tri des embryons et le fait de décréter qu’untel a le droit de vivre aux dépens d’un autre. À la fondation Lejeune, nous développons la recherche, notamment sur le plan cognitif, pour essayer d’améliorer les aptitudes intellectuelles des personnes trisomiques. Mais il s’agit de leur rendre ce dont la Nature les a privés en raison de ce désordre accidentel qui s’appelle la trisomie 21, et non de les « augmenter ».

Sans parler d’humain « augmenté », un nouveau test américain permet de détecter le chromosome de la trisomie 21 dans le sang de la mère. En quoi cela vous gêne-t-il ?

Je ne suis pas opposé au diagnostic anténatal en soi. Ce qui m’inquiète, c’est la systématisation du diagnostic quasi imposé à toutes les femmes enceintes, quel que soit leur âge. Résultat : 97 % des enfants trisomiques diagnostiqués sont éliminés par l’avortement, et leur nombre à la naissance a été divisé par quatre ! « Qui pourra sérieusement s’opposer au génocide des trisomiques ? » écrit Luc Ferry.

A lire aussi: La révolution transhumaniste est en marche

On comprend mal pourquoi cette innovation vous inquiète davantage que l’amniocentèse, laquelle provoque 1 % de fausses couches…

Sur le plan moral, il y a certes assez peu de différence entre ces deux méthodes. Mais ce test est beaucoup plus efficace car il permet de repérer directement dans le sang de la mère enceinte des traces du génome de l’enfant qu’elle porte : quand on détecte 47 chromosomes, on comprend qu’il est trisomique. De ce fait, on peut détecter (et donc éliminer !) plus tôt l’enfant détecté. Le jour où l’assurance maladie proposera ce test en France, en plus d’ouvrir un marché d’un milliard d’euros, cela renforcera l’eugénisme. Bientôt cela pourra se faire avec d’autres maladies ou prédispositions. C’est pour cela que les humains « diminués » sont les premières victimes du transhumanisme.

Mais on ne peut pas obliger les parents à garder des enfants handicapés ! On dirait que vous sous-estimez la demande sociale d’« enfants sains »…

C’est largement l’offre technique qui détermine la demande. La loi oblige les médecins à proposer à toutes les femmes enceintes de p

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Juin 2017 - #47

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite