Home Économie Suisse : Malaise dans la confédération


Suisse : Malaise dans la confédération

Suisse : Malaise dans la confédération

suisse-capitalisme-novartis

Pureté, puritanisme, putain : cherchez l’erreur. Il n’y en a pas. Les racines pur et put ont grandi dans la même région anatomique, et avec le « Ça-Graal », la coupe n’est jamais loin des lèvres. Une gorgée de temps en temps, d’accord, mais pas tout le temps, sinon y’a malaise dans la civilisation. Jusqu’au dimanche 3 mars, y’avait malaise dans la Confédération. Ce jour-là, lors d’un référendum d’initiative populaire, les Suisses ont massivement demandé une loi limitant la gloutonnerie des dirigeants des entreprises helvétiques cotées en Bourse. Le principe étant plébiscité par le peuple, il revient à présent au Parlement de poser l’anneau gastrique, au moyen d’une loi.[access capability=”lire_inedits”]
C’est la fin, croit-on, des arrangements juteux entre amis patrons, qui eux aussi ont eu leur « Sofitel ». Deux semaines avant la votation, le président de la « pharma » Novartis, Daniel Vasella, sur le départ, se faisait prendre la main au panier – 72 millions de francs suisses (60 millions d’euros) –, prix de son silence dans un environnement manifestement hyperconcurrentiel. Face à la réprobation générale, il renonçait à ce parachute doré, mais comme on dit, le mal était fait. En période révolutionnaire, reconnaître ses fautes, c’est les commettre une deuxième fois ; on n’échappe pas au châtiment, ici, celui des urnes.
La fuite à Varennes de Vasella prendra la forme d’un exil en famille aux États-Unis, a-t-on appris.
De quoi cette révolution suisse est-elle le nom ? C’est là qu’on se calme. Le référendum piloté et gagné par le sénateur Thomas Minder, du parti de la droite nationale UDC et lui-même chef d’une PME fabriquant du dentifrice, par ailleurs opposé à la libre circulation des biens et des personnes, marque la victoire des actionnaires sur les administrateurs des grosses boîtes.
Le 3 mars, il y a eu rappel à l’ordre. À l’ordre moral. Le tribunal de l’éthique protestante a sanctionné une déviance du capitalisme et non le capitalisme en tant que tel qui, par la grâce du peuple, sort purifié du bordel et de la débauche où l’avaient plongé quelques-uns. C’est moins rougeoyant que le « Grand Soir ». Salade de cervelas, et au lit ! Pas drôles, ces Suisses…[/access]

*Photo : hello nelly.

Avril 2013 #1

Article extrait du Magazine Causeur


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article La leçon d’Arendt
Next article En Espagne, la gauche de la gauche ne se paie pas de slogans
est journaliste.

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération