Le 23 août, date de l’anniversaire du pacte germano-soviétique de 1939, a été décrété par le Parlement européen comme « Journée européenne de commémoration des victimes de stalinisme et du nazisme ». De quoi réjouir Jean-Paul Lilienfeld, déraisonnable cinéaste et chroniqueur dans Causeur


En ce 23 août, les réseaux sociaux me demandent de m’associer à la « Journée européenne du souvenir ». Bonne pâte, je veux bien m’associer, mais je ne sais absolument pas de quoi je suis censé me souvenir. Google, mon ami, que me diras-tu à ce sujet ? J’apprends ainsi que cette journée, qui s’appelait précédemment « Journée européenne de commémoration des victimes du stalinisme et du nazisme », a été décrétée par le Parlement européen en 2009 pour conserver le souvenir des victimes de tous les régimes totalitaires et autoritaires. Incroyable ! Le Parlement européen a osé mettre sur le même plan stalinisme et nazisme ? Il ne faut donc jamais désespérer…

Pourquoi le 23 août, ami Google ? Pour coïncider avec l’anniversaire du pacte germano-soviétique du 23 août 1939, qui établissait un accord de non-agression et une répartition des territoires de l’Europe orientale entre l’Union soviétique et le IIIe Reich. Alors, souvenons-nous (enfin dans mon cas, instruisons-nous, car ma prof d’histoire-géo de terminale avait eu la lucidité d’écrire à mon propos sur mon bulletin cette lumineuse appréciation destinée aux examinateurs du bac : « Touriste »).

A lire: En Hongrie, le nazisme redevient tendance

Il y a quatre-vingts ans, Adolf Hitler et Joseph Staline signaient un traité de non-agression nazi-soviétique connu sous le nom d’accord Molotov-Ribbentrop.

En ce 23 août, rappelons-nous donc que du début de la Seconde Guerre mondiale jusqu’à l’invasion de l’URSS par les nazis, en juin 1941, l’Union soviétique a été du même côté qu’Hitler.

Tout le monde se souvient de l’invasion de la Pologne par Hitler le 1er septembre 1939 (même moi le touriste.) On sait moins que l’URSS a envahi la Pologne de l’Est quelques semaines plus tard. Et que, pour fêter cet impérialisme fraternel, un défilé militaire a été conjointement organisé par les troupes de l’Allemagne nazie et de l’Union soviétique le 22 septembre 1939 à Brześć (Brest). Il célébrait le retrait des troupes allemandes sur la ligne de démarcation convenue précédemment entre les deux alliés et le transfert de la ville à l’Armée rouge soviétique, le jour même de sa conquête par les Allemands. C’est pourquoi Brześć n’est plus aujourd’hui en Pologne, mais en Biélorussie… La Gestapo allemande et le NKVD soviétique ont même organisé une série de conférences communes sur leur coopération dans l’oppression de la Pologne occupée. Une sorte de prélude à l’UE… Et c’est ainsi que 250 000 prisonniers de guerre polonais furent emprisonnés dans des camps non pas allemands, mais soviétiques. Et que l’Union soviétique massacra l’élite de la Pologne à Katyn en 1940, en faisant porter le chapeau à l’Allemagne pendant cinquante ans…

A lire: La grande nuit stalinienne

Rappelons-nous aussi q

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Septembre 2019 - Causeur #71

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite