Après vingt minutes d’attente angoissée – vous vous êtes encore une fois bêtement persuadé qu’il s’agirait d’une formalité –, un taxi se pointe, enfin : la petite lumière qui avance tranquillement dans l’obscurité sonne-t-elle le glas de votre calvaire (un soir de semaine, Paris, 20 heures) ? La vitre se baisse : « Vous allez où ? » Timidement, vous osez annoncer votre destination…. Aïe, ça n’a pas l’air de coller avec l’itinéraire du chauffeur…. mais… vous suppliez. Ouf, il daigne vous emmener (déjà 4,50 euros au compteur, ce calvaire est payant). Mais attention, vous avez intérêt à avoir la monnaie. Enfin, n’espérez pas profiter du paysage (Paris la nuit, c’est encore beau) ni bavarder avec votre compagnon de voyage si vous en avez un. Vous payez ? Bouclez-la ! Et profil bas, s’il vous plaît, on vous fait l’honneur de vous accepter comme client. Le doute n’est pas permis : nous sommes en France.

*Photo : Pranav Bhatt

Lire la suite