Home Brèves Richard Millet ou la culture de l’excuse


Richard Millet ou la culture de l’excuse

Si l’on comprend bien le propos de Richard Millet qui fait tant scandale, l’acte abominable de Breivik ne serait compréhensible que par ce qui l’aurait causé : la politique multiculturaliste de l’Europe contemporaine. Breivik est déresponsabilisé et n’existe plus en tant qu’homme libre, responsable de ses faits et gestes. A lire Millet, l’auteur de la tuerie d’Utoya devient un simple « signe (…) de la sous-estimation par l’Europe des ravages du multiculturalisme ». Tout comme les kamikazes islamistes ou les émeutiers ne sont considérés par nos sociologues patentés que comme des symptômes de la politique impériale américaine, ou de la discrimination culturelle et sociale propre à notre pays, selon les cas. Alors Millet, sociologue muchiellinien ?

A moins d’une imperceptible ironie qui traverserait de part en part son Éloge, il apparaît que Richard Millet est plus contaminé par l’air du temps qu’il ne semble le croire, et l’on peut se demander pourquoi nos experts en explications sociologisantes ne le reconnaissent pas comme un membre éminent de leur confrérie.


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article Républicains américains recherchent guerre froide, désespérément
Next article Fauteuil 29 de l’Académie Française
Florentin Piffard est modernologue en région parisienne. Il joue le rôle du père dans une famille recomposée, et nourrit aussi un blog pompeusement intitulé "Discours sauvages sur la modernité".

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération