Home Société Réclamer mon dû à l’Univers

Réclamer mon dû à l’Univers

Un obscur business ésotérique

Réclamer mon dû à l’Univers
Image: pixabay

Déchaînée elle était ma copine, déchaînée.

J’ai compris qu’elle venait de recevoir un chèque d’un million de bisous, à son ordre, émis par la banque des bisous et signé de son mari. Cela avait dû chauffer sévère entre eux, et nous étions en pleine tentative, apparemment non couronnée de succès, de rabibochage.

Après examen de l’objet du délit, délicieusement rempli à la main, je me suis autorisée à lui dire que je trouvais l’initiative plutôt mignonne.

Malheur, que n’avais-je dit ?

– Mignon, peut-être si ça venait de lui et si je n’avais pas trouvé le tuto, aussi facilement.  Il n’est allé chercher ni loin, ni longtemps. Première page google. Tu parles. Il aurait pu faire un peu plus subtil et un peu plus perso …

– Et ta réponse ?

– Simple et directe. Le même tuto mais avec dix millions de coups de pied au cul, depuis la banque des coups de pied au cul.

Bon, tant qu’on échange, le contact n’est pas rompu !

Mais, cette histoire de chèque démonétisé a tout de même attisé ma curiosité. Après de toutes, toutes petites recherches, j’ai découvert avec un certain ravissement d’abord puis une réelle inquiétude ensuite, le chèque d’abondance ou chèque à l’univers. Comme pour les bisous, le choix est large.

Vous désirez quelque chose, (positivement bien sûr, il ne faut pas exagérer non plus), alors, passez à l’action. Imprimez le chèque de la banque de l’univers, ou de la gratitude ou de la gratitude de l’univers selon le modèle que vous aurez retenu. Généralement, il est signé par l’Univers en personne. Remplissez-le avec vos coordonnées (forcément) et l’objet, les objets du (des) désir(s). Pour la date, le plus simple c’est « maintenant », « tout de suite » ou « au plus tôt », si vous ne voulez pas paraître trop cavalier.

Surtout, pour le montant, ne vous retenez pas mais soyez précis: « rentrées d’argent, (vous pouvez mentionner des chiffres), cadeaux (vous pouvez dire de qui), invitations (idem), même électroménager (c’est autorisé) », mais aussi « ouverture de conscience »,  « nouveau pas d’évolution ».

L’encre verte est conseillée car c’est « la couleur qui représente le rayon sacré, celui de l’Abondance et de la Guérison ». La meilleure période : la nouvelle lune. Donc, à vos imprimantes, à vos crayons, le 28 septembre 2019 à 20h27. 

Et normalement l’Univers doit vous « donner ce qu’il vous doit ».

Ensuite, il y a deux méthodes: celle d’oublier le chèque et d’avoir une bonne surprise ou celle de le laisser bien en vue, pour y penser toujours (n’en parler jamais ?) et peut-être vous inciter à prendre des décisions genre « Le laboureur et ses enfants ».

Mais, vous pouvez, en plus du chèque, avoir envie d’accélérer le mouvement des « Lois de l’attraction », terme consacré.

Car figurez-vous que c’est possible d’attirer tout ce bonheur, toute cette abondance sur votre petite personne.

L’offre est infinie ou pas loin, mais c’est un peu ou beaucoup payant. En euros cette fois. Ni en bisous, ni en poignées de main.

De la méthode chic du « Défi des 100 jours », en vidéo 255 €, 155 € en promo, au package des « Secrets de l’Attraction » prix normal 97 € vendu 47 €, en passant par les « Cartes vibratoires » 35 € ou les « Recueils d’affirmations positives » 10 € (petit joueur). Pour mettre toutes les chances de votre côté, le stage est recommandé. Simple et accessible comme « L’Abondance en douze étapes » 240 € le week-end,  lunch compris, ou un peu plus sophistiqué comme les « Trans-Sens-Ascensionnels » 150 €. 

Cet effort financier est minime. Il s’agit quand même de « transformer votre cerveau en un aimant surpuissant pour attirer la prospérité ».

Pas d’inquiétude, quelle que soit la méthode que vous aurez choisie, le succès est garanti  et prouvé par des clients satisfaits soucieux d’en faire profiter les autres. Pourquoi donc tergiverser ?

De mon côté, j’ai rédigé un chèque. A l’encre verte. Je demande à l’Univers d’être beaucoup moins sympa avec tous les intermédiaires qui agissent en son nom et aussi de mettre un peu d’ordre dans cette pétaudière. 

C’est pas gagné mais j’aurai essayé.


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article C’est la demande, idiot!
Next article “La première fois que je suis allé à New York, c’était avec Limonov”

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération