Heureusement que les États-Unis se sont décidés à bombarder la Syrie sinon on nous parlait encore pendant deux semaines du « Grand Débat Élysée 2017 » de mardi dernier.

Jeudi en milieu d’après-midi, si l’on soumettait au moteur Google une recherche concernant ce débat en spécifiant qu’on ne voulait que les vidéos ou articles de « moins de 24h », on obtenait des pages et des pages de référencements renvoyant aux sites internet de tous les grands médias. Et la liste s’allongeait de minute en minute.

Ils se sont calmés.

Mais vendredi, quand BFMTV proposait un sujet sur les réactions des candidats à l’intervention américaine, les images d’illustration choisies pour la conclusion sont tirées du Grand Débat, et les deux courts extraits sélectionnés ne présentaient aucun rapport avec la géopolitique.

Peu importe, puisqu’on n’a pas le son, mais on se dit qu’ils cherchent vraiment à capitaliser au maximum sur leur succès d’audience en suggérant à tous ceux qui ne l’auraient pas encore vu d’aller regarder le débat.

Non d’ailleurs, on leur suggère de « revivre » ce débat :

Ce n’est donc pas seulement une émission que vous avez suivie (peut-être assez distraitement). C’est un épisode marquant de votre vie que, sans doute, vous avez envie de « revivre ».

Il faut tout de même rappeler que…

Lisez la suite de l’article sur le blog d’Ingrid Riocreux

Partager
Ingrid Riocreux
Agrégée de lettres modernes, spécialiste de grammaire, rhétorique et stylistique. Elle est actuellement chercheur associé à l'Université Paris IV. Auteur du blog "La voix de nos maîtres". Les journalistes se présentent volontiers comme des adeptes du "décryptage". Mais est-il autorisé de "décrypter" leur discours ? ...