Home Culture “Première année”, examen réussi


“Première année”, examen réussi

Après "Hippocrate", Thomas Lilti ausculte les aspirants médecins

“Première année”, examen réussi
Vincent Lacoste et William Lebghil dans "Première année" de Thomas Lilti, 2018.

Après Hippocrate ou Médecin de campagne, le réalisateur Thomas Lilti ausculte entre humour et sérieux la Première année de médecine.


Médecin et cinéaste… Thomas Lilti a la double casquette mais, que l’on se rassure, il n’exerce que le cinéma. Ce dernier s’accommode de l’intermittence de sa pratique, la guérison des corps beaucoup moins. À ce jour, il est l’auteur de quatre films, dont trois parlent précisément de médecine. Le dernier en date, Première année, s’intéresse avec humour et verve aux années de formation.

Les savoureux Vincent Lacoste et William Lebghil enfilent les blouses blanches des étudiants et le film ne lâche jamais une note qui oscille entre ironie et mélancolie. Lilti évite quasiment tous les écueils d’un récit initiatique qui ne se veut ni tout à fait sérieux ni tout à fait comique. La tentation documentaire est reléguée au second plan quand on comprend qu’une relation père/médecin et fils/apprenti constitue le cœur battant du film dans sa dernière partie.

A lire aussi: Cinéma: Wim Wenders béatifie le pape François

La comédie française est tellement sinistrée que, quand des cinéastes comme Thomas Lilti aujourd’hui, Patricia Mazuy cet été ou Pierre Salvadori prochainement font preuve de singularité, c’est un devoir d’attirer l’attention sur eux. C’est ce que l’on appelle le rire-médecin.

Première année, Thomas Lilti, 2018.

Hippocrate

Price: 5,97 €

26 used & new available from 2,99 €

Médecin de Campagne

Price: 4,25 €

19 used & new available from 2,99 €

Septembre 2018 - Causeur #60

Article extrait du Magazine Causeur


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article IVG: pourquoi pro et anti ne se comprennent pas
Next article Richard Ferrand et le fardeau du vieil homme blanc
Critique de cinéma. Il propose la rubrique "Tant qu'il y aura des films" chaque mois, dans le magazine

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération